Accueil / Nos sens / La Vue / Vues dans la tête de… Zach, Céline, Priscilla et Anouk

Vues dans la tête de… Zach, Céline, Priscilla et Anouk

Par Martin « le Visionneur » Boisvert, podcasteur – Photo Laurance Desjardins

 

Le 10 février dernier avait lieu la présentation de quatre courts métrages au Cinéma Princesse, dans le cadre du volet Ville et Villages en Images du 6e festival Vues dans la tête de… dont le parrain était Francis Leclerc. À la demande de mon ami Zach, j’ai participé à cette merveilleuse expérience. Le sujet de notre court métrage ? L’intimidation en milieu scolaire. Un petit rôle secondaire, quelques lignes. J’étais un homme heureux et comblé. Et pour finir le tout en beauté, j’ai assisté à la projection du film avec l’équipe. Une expérience digne des grands tapis rouges d’Hollywood. Un moment inoubliable.

 

 

Je vous présente les responsables de notre « petit » film. D’abord, Zachary Ouellet, 15 ans, qui a écrit le scénario. Un gars avec beaucoup de talent pour son jeune âge. Je suis en admiration devant son sérieux, sa logistique, son amour du grand art et son talent. J’ai l’impression de revivre ma jeunesse, où je m’amusais à tenter de reproduire ce que mes idoles du petit et grand écran faisaient. Ce jeune homme de Saint-Cyprien a un bel avenir devant lui. Un nom à surveiller dans un futur pas si lointain !!! Priscilla, Céline et Anouk, que j’ai connues pendant la journée du tournage (à l’aréna de Saint-Cyprien) sont des étudiantes du Cégep de Rivière-du-Loup en cinéma. Priscilla était la réalisatrice et la monteuse de ce projet. Elle a le tour de nous mettre à l’aise et n’a pas peur d’écouter les idées de chacun et de les mettre en pratique. Une belle qualité à mon sens. Céline, la cadreuse, c’est la minutieuse, la perfectionniste, celle qui cherche des plans de caméra originaux. Elle m’impressionne par son professionnalisme. Anouk, la perchiste, celle pour qui le son doit être impeccable, s’intègre très bien dans ce trio. Elle avait également le mandat de s’occuper de l’éclairage. Ce qu’elle a fait à la perfection. Ces trois filles ont fait un travail d’équipe remarquable et, surtout, avec passion. Les détails, parlons-en, des détails… Le doigt un peu plus à gauche, la main légèrement vers l’extérieur, la tête ne doit pas sortir du cadre de la caméra. Voilà le côté très technique qui m’a surpris durant cette journée de tournage. Plusieurs positions de caméra pour trouver LE bon plan. L’éclairage pas trop sombre, pas trop clair, pas trop jaune, pas trop blanc. Beaucoup de détails à gérer. La notion du temps est également très précieuse. Deux jours de tournage seulement, mais très intenses. Des journées complètes. Une à Trois-Pistoles (le samedi à l’école secondaire) et l’autre à Saint- Cyprien (le dimanche au Complexe sportif Louis-Santerre). Mais au-delà de toutes ces subtilités, les jeunes acteurs ont été d’une patience à toute épreuve. Bravo, gang ! C’est avec confiance et avec un brin de nervosité que nous nous sommes rendus au Cinéma Princesse pour la présentation des quatre courts métrages. À ma grande surprise, je dois l’admettre, la salle était presque pleine. Les comédiens, les réalisateurs, l’équipe technique et plusieurs curieux ont eu beaucoup de plaisir à visionner ces « mini » films. Félicitations à l’équipe de Cacouna. Félicitations à ma gang de Saint-Cyprien. Je suis fier d’avoir fait partie de votre équipe. Mais surtout un gros coup de chapeau aux artisans de ce magnifique festival. J’en étais ému. Parce que le cinéma, c’est à ça que ça sert : nous émouvoir.
BON CINÉMA!

 

mars26

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

La seconde chance aux vêtements

texte Priscilla Winling photo Virginie Caron   Que ce soit par son look flyé et ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *