Vivre ses rêves, au lieu de rêver sa vie

Texte et photo | Geneviève Blais

Trop souvent, les gens ne mettent pas leur santé, leurs rêves, leurs intérêts, leurs valeurs profondes, au centre de leur attention. Pourtant, la vie est si courte et si vite passée, qu’on devrait en profiter au max !

« Agir maintenant », au lieu de « tout remettre à demain ». (Paroles de sagesse.)

« Avoir une vie bien remplie. » (Paroles dites par Audrey-Ann Bélanger dans sa conférence, sujet que j’aborderai un peu plus bas.)

C’est là, la beauté d’la chose…

La pandémie actuelle est une bombe pour certain·e·s, mais aussi une opportunité de renouveau, d’espoir, de créativité, de réalisation, de projets, de début d’quequ’chose, pour d’autres. Une opportunité qui permettra par la suite de mieux redonner, de mieux toucher en retour.

Depuis les dernières années, avec mon cheminement de vie et de parcours professionnel atypique (portière, guide en plein air, technicienne en éducation spécialisée, animatrice, préposée en tourisme, barista, bénévole, voyageuse, coiffeuse et j’en passe), j’en ai rencontrés, des gens :

Des gens de divers milieux ;
Des gens aux points de vue divers ;
Des gens qui surmontaient une/des épreuve(s) ;
Des gens de diverses classes financières ;
Des gens aux multiples rêves ;
Des gens passionnés ;
Des gens découragés ;
Des êtres humains, quoi !

Tou·te·s étaient différent·e·s et semblables en même temps. Malgré leurs épreuves, tou·te·s avaient une « flamme intérieure », des rêves, des projets, quequ’chose qui les tenaient vraiment à coeur.

Parfois, leurs projets étaient maintenant du passé,
Parfois, c’était en devenir.

Parfois, il·elle·s ne faisaient qu’en rêver, Parfois c’était en construction.

Ce qui les différenciait : leur volonté. La façon dont il·elle·s voyaient leurs épreuves, leurs rêves, leur vie.

Laissez-moi vous parler d’une de mes rencontres de vie qui m’a touchée ; une source d’inspiration qui saura sûrement vous aussi vous toucher. J’ai eu l’bonheur de rencontrer et de suivre le cheminement d’une jeune femme merveilleusement positive : Audrey-Ann Bélanger, une femme de Rimouski atteinte d’ataxie de Friedreich, une maladie dégénérative. Accompagnée de mon amie Delphine Ricard, elle a monté une conférence intitulée « J’accepte [1] ».

Ça parle de courage, de force, de résilience, par le biais de sa
maladie. Une femme qui, malgré sa situation de handicap, continue
d’avancer et de foncer. Un témoignage très touchant (j’en ai
braillé à force !). De sa bouche, de sages paroles sortent :

« Parfois, les gens attendent trop pour faire ce qu’ils désirent ; ils attendent après la vie […]. »

« Des fois, j’me dis qu’il y a pire que moi, alors je lâche prise […]. »

À écouter, à brailler, à comprendre, à intégrer et à mettre en action…

Bravo encore, les filles, pour ce beau projet qui laissera des traces !

Et à vous, chers lecteur·trice·s, j’vous souhaite d’« écouter votre coeur » et de vous « botter l’derrière à vivre » !

[1] Lien YouTube, conférence « J’accepte » par Audrey-Ann Bélanger,
www.youtube.com/watch?v=65biDH1bagA

À propos de Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Le CISSS au service de la population

Texte | Kélianne Veilleux Aujourd’hui, j’ai la chance de rencontrer Mme Sany Maltais, coordonnatrice aux …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *