Vernissage d’Instantané, un projet de Nadine Boulianne

Texte Véronique Bourassa | Photo Annabelle Bouchard

Le retour à l’école secondaire des cinq adolescentes finissantes participantes au projet Instantané, le temps d’un midi, marquait pour elles une transition. Par des explorations photographiques, Nadine Boulianne a souhaité donner la parole à ces jeunes en leur permettant de réaliser une
trame visuelle et sonore des lieux et des objets qui sont significatifs dans leur vie, dans la période charnière qu’est le passage entre l’adolescence et l’âge adulte.

Les territoires géographiques et intimes qu’elle aime parcourir dans son travail en art visuel sont ici ceux capturés et exprimés par leurs propres clichés et explorations sonores.

Avec le travail de Robin Servant au mixage, les mélopées personnelles à chaque fille ajoutent une riche texture aux environnements visuels qu’elles nous partagent.

La lenteur et l’enracinement émanent du projet. On le voit, on le sent dans les lieux qu’ont choisis les protagonistes pour être représentées. Derrière l’instantané des clichés, une réflexion s’est immiscée. À 18 ans, à l’ère de l’égoportrait, pousser l’introspection sur son lien au territoire nous amène ailleurs…

À l’aube, peut-être, de grands changements de vie, leur attachement à la nature est palpable. Vers les arts, les soins de santé ou l’électromécanique, chacune poursuit son chemin à sa façon. Instantané fixe cette période de leur vie, laisse une trace toute en subtilité d’un âge chargé en émotions et en questions.

Je les envie. Je me prends à imaginer les images et la trame sonore de cette époque de ma vie.

C’est une chance qu’elles ont eue de participer à ce projet dans lequel ressort tout l’amour, la compréhension et la place que Nadine Boulianne fait aux jeunes.

Intrigués et charmés, des enseignant.e.s du secondaire et du cégep, des élèves, des ami.e.s sont nombreux ce midi-là pour apprécier le fruit de cette collaboration réussie.

Une représentation si intime et originale envoie tout un clin d’oeil (voir un pied de nez) au mur d’en face sur lequel sont exposées les mosaïques de photos de finissant.e.s habituelles.

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

La certification « Employeur conciliant »

Texte | Marie-Hélène Collin, DG, Chambre de commerce de Rivière-du-Loup Photo | Cégep de Rivière-du-Loup …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *