Vastitude : Magtogoek, le chemin qui marche…

Texte | Guido Velazquez

Le Saint-Laurent nous conduit lentement,
haut sur la falaise ou bas sur la grève,
ses marées nous bercent dans un va-et-vient bienveillant,
ses vents nous emmènent loin dans nos pensées.
Vivant, il suit le parcours de lui-même :
à la rencontre des plages sablonneuses
couvertes d’écume blanche et abondante,
des varechs qui habillent ses rives et
parfois se détachent au rythme des vents
en sautillant sur les roches, les troncs d’arbres et les cailloux.
Dans son trajet, le fleuve rencontre des îles éparpillées,
un village par ici, un port par là,
parfois un traversier qui fend ses eaux,
ou bien un immense cargo qui navigue tranquillement
à côté de petits voiliers défiants et nerveux.
Amoureux de la faune, il accueille des milliers d’oiseaux
qui le suivent et font escale sur ses rivages.
Comme une mère aimante, il porte dans ses entrailles
toutes sortes de cétacés, mollusques et poissons.
Le Saint-Laurent ne suit pas seulement ses courants,
il parcourt aussi les saisons :
au printemps, il reçoit l’afflux abondant
des rivières qui le nourrissent
et des débâcles qui augmentent son débit,
sans oublier les déchets qu’il dépose sur ses berges.

En été, lorsque ses eaux tiédissent,
il voit des baigneurs modérés s’avancer dans sa houle
et des surfeurs hardis sillonner ses marées.
À l’automne, la furie de ses vents
agite ses eaux, soulève des marées, arrose ses grèves
et inonde parfois les maisons près des côtes.
En hiver, les glaces flottent librement,
s’accumulent et créent des bouchons dangereux pour naviguer,
mais où les phoques se reposent sous le soleil hivernal.
Quoi qu’il en soit, à la fin de son périple quotidien
le fleuve se dirige à la rencontre du golfe qui porte son nom.
Dans une continuité ludique,
il y déverse doucement ses eaux,
où l’on ne sait vraiment pas
si c’est la fin du fleuve ou le début du golfe.
Ce lieu de partage par excellence
crée une extension qui remplit le regard
sur la vastitude du Saint-Laurent.


Avec mes remerciements pour les suggestions affectueuses
d’Alice Côté et de Katia Macias-Valadez.

À propos de Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Mitis Lab : Espace collaboratif au Château Landry

Texte | Marie-Amélie Dubé Le Mitis Lab est un OBNL ayant démarré ses activités à …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *