Un long fleuve tranquille, disait la CAQ…

Texte Membres du comité de Mobilisation pour la sauvegarde du traversier

L’Héritage I, le traversier qui lie Les Escoumins à Trois-Pistoles, a vécu une année record cet été. On dénombre environ 38 000 passager.ère.s ayant utilisé les services du navire. La Compagnie de navigation des Basques a accepté de commencer plus tôt cette saison pour dépanner la Société des Traversiers du Québec (STQ) qui a, pour sa part, vécu une année catastrophique. Le traversier de Rimouski-Forestville a dû annuler sa saison plus tôt à cause d’un bris mécanique tandis que la STQ a de son côté eu beaucoup de difficulté à assurer un service constant à Matane. Cette année, l’Héritage I a desservi la population d’une rive à l’autre tout au long de leur saison, sans heurt et de manière exemplaire.

Pour continuer de naviguer la saison prochaine, l’Héritage I doit aller en chantier afin de remplacer une partie de sa coque et ainsi se soumettre aux normes structurelles établies par Transport Canada. Ces travaux nécessitent un soutien financier de 5 millions de dollars du gouvernement. À ce jour, ce dernier refuse de contribuer à la survie du traversier sous prétexte que l’Héritage I serait un bateau en fin de vie. La STQ lui susurre à l’oreille de ne pas investir dans celui-ci.

Une question qui brûle pourtant sur toutes les lèvres à ce moment-ci : sur quels motifs se base la STQ pour agir ainsi ? On ne le saura peutêtre jamais…

On ne connaitra peut-être jamais non plus les raisons qui ont poussé le ministre Bonnardel à mettre notre traverse sur sa liste noire. Notre député, Denis Tardif essaie de nous convaincre que notre bateau est désormais un rafiot. Depuis, on ne l’entend plus. Il semble pour le moment complice des recommandations de la STQ et agir au nom des intérêts de son gouvernement de la CAQ. Celui-ci, souhaitant investir massivement dans un 3e lien à Québec, établit ses priorités nonobstant ses conséquences sur l’environnement et sur la vitalité de nos régions. Il prévoit ainsi dépenser des milliards pour un projet réfuté par nombre d’expert.e.s, alors qu’il refuse de financer un service de transport fonctionnel et indispensable. C’est ça un député qui défend sa région ?

Le traversier Trois-Pistoles – Les Escoumins est absolument essentiel pour la MRC des Basques et la MRC de la Haute-Côte-Nord. Les commerces de Trois-Pistoles, des Escoumins et d’Essipit bénéficient en effet de l’affluence récurrente des touristes qui nous visitent grâce au traversier.

La fermeture de ce service essentiel aurait des conséquences dramatiques sur les retombées économiques pour les villes et villages avoisinants. Sur le plan social, il est nécessaire que nos régions demeurent directement connectées. Après plus de 106 ans d’existence, la plus ancienne traverse du Québec se doit d’être maintenue ! La fermeture de ce service aurait pour conséquence d’isoler davantage les villes et villages luttant déjà pour leur vitalité économique et sociale.

Hormis les conséquences économiques et sociales, la fermeture du traversier de Trois-Pistoles-Escoumins aurait également des conséquences environnementales importantes. L’Héritage I peut en effet transporter jusqu’à 45 voitures par voyage et traverse jusqu’à 6 fois par jour. Cette desserte de traversier réduit les temps de déplacement et l’utilisation de la voiture pour les voyages d’une rive à l’autre. Elle contribue ainsi de manière significative à la réduction des émissions de gaz à effet de serre qui découlent de ces déplacements. Au moment où la CAQ s’est enduite du vert de l’air du temps, il serait bien temps qu’elle démontre son sérieux sur les enjeux environnementaux. Notre traverse fait partie d’un projet de transition écologique.

Une assemblée publique a eu lieu le 20 novembre dernier. Les citoyens et citoyennes de la MRC des Basques se sont rassemblé.e.s en grand nombre pour démontrer leur mécontentement face au refus du gouvernement de financer le projet de chantier. Ils et elles ont aussi démontré qu’ils.elles sont prêt.e.s à aller loin pour la sauvegarde du traversier. Un comité de mobilisation s’est d’ailleurs créé à la suite de l’assemblée et beaucoup d’activités auront lieu afin de faire circuler l’information et organiser la contestation populaire.

Rassemblons nos forces pour faire reculer la CAQ. Nous ne laisserons pas le gouvernement nous enlever notre précieuse traverse : Sauvons l’Héritage !

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

La symbiose industrielle vers une économie circulaire durable

Texte | Émilie Dupont, coordonnatrice de la démarche d’économie circulaire du Kamouraska, SADC du Kamouraska …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *