Un dernier album pour Overdrunk

Texte | Frank Malenfant
Photos | Overdrunk

C’est à la mi-avril que le groupe louperivois Overdrunk lancera à titre posthume son deuxième album officiel : Angel’s Seal.

Enterrées avec la dépouille du groupe il y a 8 ans, les huit dernières compositions d’Overdrunk n’ont jamais vu le jour et n’ont survécu que dans la tête des musiciens. Pour cet ex-groupe louperivois ayant sévi sur les scènes du Québec entre 2003 et 2013, le moment est venu de leur donner vie et de les partager avec leurs fans et les amateur·trice·s de métal. Les cinq membres originaux du groupe sont donc entrés en studio chez Onde Choc à Rimouski pour compléter leur oeuvre.

« Ça faisait plusieurs années qu’on y pensait. On avait choisi dès le départ de mettre nos anciennes chicanes derrière nous et d’intégrer tout le monde au projet. Malheureusement, les mêmes contraintes de la vie qui avaient poussé le groupe à sa séparation ont continué à retarder le processus jusqu’à ce qu’on se mette au travail il y a quelques années pour finalement tout perdre nos instruments dans un incendie. Mais on a rebondi positivement à ça et on en a profité pour se rééquiper avec des instruments qui allaient magnifier encore davantage le son de l’album. »

Lorsqu’on demande au groupe à quoi nous attendre de cet album, le consensus semble être qu’il sera dans la continuité de ce à quoi les fans se sont habitué. « La presque entièreté de ces chansons a été composée quand le groupe était encore actif. L’intégration d’Alexandre à la composition a amené certains changements, mais la dynamique du groupe de construire des chansons autour du ressenti du public est resté la même, la recette n’a pas changé. »

Cependant, le groupe est convaincu de livrer son meilleur album. « C’est notre dernière chance de sortir l’album dont on a toujours rêvé, alors on n’a fait aucun compromis. Nous sommes de meilleurs musiciens avec de meilleurs instruments et l’on se paie enfin une expérience de studio qui va rendre notre musique au sommet de ce qu’elle peut être. La majorité des instruments ont déjà été enregistrés et Pierre-Luc Demers, qu’on a choisi parce qu’on aime beaucoup son travail, contribue à faire sortir le meilleur de tout ce qu’on fait. C’est un cadeau qu’on se fait à nous aussi ; on se paie le trip dont on rêvait au début du groupe, quand on était encore adolescents. »

PRÉVENTE EN SOCIOFINANCEMENT
Une fois produit, l’album sera rendu accessible gratuitement sur les plateformes de streaming. Cependant, le groupe ainsi que plusieurs fans ne pourraient pas conclure l’aventure sans la production d’un support physique. Comme le groupe n’a aucun projet de spectacle en tête, il lance en mars une campagne de 45 jours sur La Ruche pour effectuer la prévente de leur album. « On paie entièrement la production de la musique et sa mise en ligne. Mais on va se payer ensemble une superbe pochette sur un disque compact en quantité très limitée à un prix de liquidation. »

En attendant la mi-avril, vous pouvez entendre leurs deux disques précédents sur Bandcamp à overdrunk.bandcamp.com.

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

De l’insulte à l’injure

Texte | Éric Dubois, syndicaliste, citoyen des Trois-PistolesIllustration | CDA Récemment, Le Devoir a publié …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *