Travailler sur la persévérance scolaire de nos élèves : L’affaire de tous!

Texte | Carl Dubé, directeur des services aux élèves, Collège Notre-Dame de Rivière-du-Loup

Selon l’Institut du Québec, « La plupart des tests internationaux indiquent que le système éducatif québécois se compare favorablement aux provinces canadiennes et aux pays de l’OCDE. Compte tenu du retard de scolarisation du Québec dans les années 1960, il faut saluer ces succès indéniables[1] ». Malgré ces bons résultats, la plus grande problématique du système québécois demeure le faible taux de diplomation. Par conséquent, comment améliorer la persévérance scolaire de nos élèves pour qu’il.elle.s complètent leur cours secondaire, et ce, dans les délais prescrits ? Pour y parvenir, il sera primordial de travailler en réseau : parents, école, élèves et milieu de travail. La clé du succès : l’accompagnement !

La plupart des recherches le démontrent, les parents et les adultes significatif.ve.s sont les bases de la persévérance scolaire. Les années précédant l’entrée à l’école sont charnières quant à la persévérance scolaire au secondaire. Par exemple, la lecture quotidienne avec l’enfant permettra de tisser un lien parentenfant, mais également de créer de bonnes habitudes.

Au secondaire, dans le but d’offrir un accompagnement approprié et de démontrer l’importance de la réussite scolaire, les parents doivent s’assurer que l’élève travaille chez soi et bénéficie d’un environnement adéquat pour procéder. À la maison, il importe de fixer si nécessaire une période régulière de temps pour que l’élève effectue ses travaux scolaires, selon la durée requise, et de le superviser lors de l’accomplissement de ses tâches. De plus, les parents se doivent d’assister aux rencontres pour la remise des bulletins ou aux autres événements, ainsi que de guider l’enfant dans ses choix (études, travail rémunéré, etc.).

De son côté, en tant qu’école, le Collège Notre-Dame base ses assises sur quatre valeurs fort importantes : le souci du détail et du travail bien fait par la persévérance et la ténacité, le sens des responsabilités et l’esprit de service, le respect de soi, des autres et du bien d’autrui, sans oublier le développement de saines habitudes physiques, sociales et spirituelles. Ces valeurs sont omniprésentes au quotidien. À travers ces valeurs, nous essayons de développer chez nos élèves deux qualités humaines importantes : l’empathie et la bienveillance. Elles font partie de l’ADN du Collège et contribuent à un bon climat et au développement du sentiment d’appartenance, deux atouts favorisant la persévérance scolaire.

« […] les parents et les adultes significatif.ve.s sont les bases de la persévérance scolaire. »

Depuis 15 ans, le Collège a innové en ajoutant à sa formation de base des programmes qui permettent aux élèves de développer d’autres compétences. Ce ne sont pas moins de 11 programmes qui sont offerts au Collège. Ceux-ci touchent les sciences, les arts, le sport, la robotique et l’entrepreneuriat. Selon les données probantes en éducation, la participation à des activités parascolaires fait partie des facteurs clés de la persévérance scolaire, car les élèves développent un sentiment de compétence dans le milieu. Ces activités deviennent parfois LA source de motivation pour venir à l’école. En ce sens, nos partenaires dans le milieu se qualifient en tant qu’agents importants à la persévérance scolaire.

Vers la fin du secondaire entrera en jeu un autre élément très important de la persévérance scolaire : le travail rémunéré. Pour certain.e.s élèves, leur emploi constituera une bonne source de motivation, de socialisation et de valorisation. Par contre, pour certain.e.s, cela pourrait devenir un facteur néfaste à leur réussite scolaire. Il est donc important que les employeur.euse.s soient conscientisé.e.s à cet enjeu. De ce fait, le Collège tient à souligner tout le travail effectué par le comité conciliation travail-études, chapeauté par l’organisme COSMOSS. Quel tour de force d’avoir réussi à réunir le milieu de l’éducation et le monde des affaires, représenté par la Chambre de commerce ! Les employeur.euse.s conciliant.e.s certifié.e.s deviendront des facilitateur.trice.s de la persévérance scolaire et des accompagnateur.trice.s à la réussite scolaire.

Alors, si tout.e.s ensemble nous établissons bien les bases de la persévérance scolaire, de la petite enfance à l’âge adulte, nous deviendrons source d’énergie scolaire. Il ne restera à l’élève qu’à offrir un effort constant et à développer ses compétences dans toutes les sphères de sa vie. C’est tout le milieu louperivois qui en ressortira gagnant !

[1] Institut du Québec. Décrochage scolaire au Québec. [PDF]

(Page consultée le 21 janvier 2020).

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

De l’insulte à l’injure

Texte | Éric Dubois, syndicaliste, citoyen des Trois-PistolesIllustration | CDA Récemment, Le Devoir a publié …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *