Suis-je féministe ?

texte Max Bélisle

Je vous ferai pas de cachettes, je suis un homme. J’ai de la barbe. Mon d’sous de bras, je le rase pas pis les gens en ont strictement rien à foutre ! Assez pour le privilège mâle, un seul sujet peut faire l’objet d’un texte d’homme quand la parole est aux femmes : le féminisme.

Pour moi, être un homme féministe c’est comme être punk ou bien être généreux, ça peut pas être autoproclamé. C’est fake se dire féministe pour un gars. Faut que ce soit d’autres personnes qui le disent et ça m’est jamais arrivé à date ! Donc la vérité, c’est que je sais pas pantoute si je suis féministe ! C’est décevant hein ? L’affaire c’est que c’est tellement large comme palette d’idées. Est-ce que la quatrième vague de féminisme pourrait pas développer le « féminismètre », qu’on le sache une bonne fois pour toutes ?

Je souhaite que ce qu’il reste d’inégalités dans les opportunités et les droits que les dames ont, ça se règle à la grandeur de la planète. Est-ce que ça s’arrête là, être féministe ?

Je souhaite une égalité de traitement entre les hommes et les femmes. Est-ce que ça s’arrête là, être féministe ?

Je crois que de forcer une égalité de résultat avec des quotas, c’est un énorme manque de respect envers les capacités et les intérêts des dames. Est-ce que je suis féministe ?

Je trouve que les poupées Barbie ont des formes un peu weird qui ne représentent pas le réel corps de la femme, mais c’est jamais aussi weird que de vouloir ressembler à un jouet. Est-ce que je suis quand même féministe ?

Je trouve qu’il y a plus de diversité corporelle féminine dans la pornographie que les gars regardent gratuitement que dans les magazines que les femmes achètent. Est-ce que je suis quand même féministe ?

Je trouve ça cheap la nouvelle vague de remake de films de superhéros avec des leads féminins. Elles méritent leurs propres héroïnes, de l’originalité, pas de se faire forcer une comparaison avec des rôles-franchises de plusieurs décennies. Est-ce que je suis féministe ?

Je trouve que la taxe rose existe parce que les produits sont achetés quand même. Est-ce que je suis quand même féministe ?

Je trouve qu’on a tous l’air un peu « graine » quand on explique quelque chose à quelqu’un. Pourquoi ? Parce que si on explique quelque chose, c’est qu’on croit que notre interlocuteur ne le saisit pas encore ! C’est ben certain qu’on a l’air ti-joe connaissant ! Ça frise le 100 % du temps. Fak on se relaxe le « mansplaining ». Est-ce que je suis encore féministe ?

Garçon, si t’es assis et que tes genoux sont placés plus larges que tes épaules, juste : fait pas ça ! Pas parce que c’est du « manspreading », je pense à ton dos, c’est tout !

J’ai eu des parcours dans des métiers à très forte majorité féminine et je souhaite que les dames qui en font autant aient zéro bâton dans les roues en lien à leur sexe, comme moi ! C’est féministe ça, messemble ? Je trouve que l’allaitement, c’est naturel, pisser dans le bois aussi, mais je me mets en retrait quand même ! Est-ce que je suis féministe ?

Je trouve qu’on devrait arrêter de dire quoi faire aux dames. Elles ont droit à leur mauvaise décision, elles aussi ! C’était ma phrase sur le voile. Est-ce que je suis encore féministe ?

Pour moi, le fait que les seins féminins soient sexualisés, c’est culturel. Pas particulièrement bien ou mal, juste culturel et depuis un méchant bout. Est-ce que les femmes veulent vraiment que leurs seins ne soient plus sexualisés au point de pouvoir les exposer plus publiquement ? Je crois que la suite leur appartient. Est-ce que je suis féministe ?

Je crois qu’en séduction/sexy guili-guili, aucune personne ne doit passer par dessus un « non ». JA-MAIS. Je crois qu’aucune femme ne devrait avoir honte ou peur ou mal feeler en général de refuser les avances d’un gars.
« Non » devrait être le mot le plus facile à prononcer en cas de situation non voulue. Et, il devrait l’être aussi souvent que possible. On se doit de la clarté, ne serait-ce que pour diminuer drastiquement les malentendus et harmoniser nos relations. La télépathie, c’est rare en crisse donc mettons que toute la gang on se force pour exprimer convenablement nos besoins et nos émotions, les tabarnak de morons qui passent la limite de l’acceptable seraient spottés sur le champ. La dé-culture du viol mettons ! Est-ce que je suis féministe ?

Quand j’ai appris que la thématique de ce mois-ci était « Paroles de femmes », j’ai pensé prendre congé de délire… mais je me suis ravisé ! Est-ce que je suis quand même féministe ?

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Chronique biblio – Quand une bibliothèque s’adapte

Texte et photo | Sylvie Michaud, M.B.S.I., bibl. prof., Biblothèque Françoise-Bédard 13 mars 2020. Nous …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *