Sophie | MRC de Témiscouata

Nous sommes très enthousiastes d’avoir une place dans La Rumeur du Loup pour parler de notre travail ou plutôt de notre mode de vie ! Car encore aujourd’hui, une grande partie de notre travail est d’expliquer « ce que ça mange en hiver, un·e travailleur·euse de rue ».

En fait, c’est un·e intervenant·e social·e, certes, mais utilisant une approche plutôt différente et méconnue… Puis, c’est encore plus drôle quand on le dit au féminin : travailleuse de rue. On crée des malaises en se présentant, et ça nous fait bien rire ! On choisit notre façon de nous présenter en fonction des gens rencontrés. Pour le monde administratif, nous sommes technicien·ne·s en travail social, et pour les gens avec qui nous travaillons réellement, nous sommes travailleur·euse·s de rue, et parfois, juste Sophie et Fred.

Nous travaillons dans 19 municipalités. Le Témiscouata étant ce qu’il est, notre objectif est d’aller à la rencontre des citoyen·ne·s, créer des liens de confiance significatifs, ouvrir nos oeillères sur des problématiques émergentes dans la communauté. Parfois, ça prend du temps, et il faut le prendre. Le travail de rue, c’est être présent quand ça va bien, mais aussi quand ça va mal ; c’est accompagner et être là avec les gens même dans les moments les plus anodins (une marche, une partie de cartes, une discussion, un café, un échec, une réussite, une démarche importante, etc.) Prendre le temps de prendre le temps, quoi ! Ce qu’on ne se donne souvent plus le temps de faire…

On s’agrippe à leur vie et leur milieu : parcs, bars, partys, écoles, lieux de travail, cafés, et l’on a même le privilège de partager leur sofa, dans leur intimité. On travaille sur une multitude de problématiques en fonction de ce qu’il·elle·s veulent travailler, et surtout, en fonction d’où il·elle·s sont rendu·e·s dans leur vie. Leur rythme, c’est le bon rythme. Pas de notes écrites, pas de dossiers, pas de liste d’attente, seulement des rencontres en toute authenticité. Au plaisir de partager un brin de vie avec vous !

Photo | Nadine Boulianne

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

De l’insulte à l’injure

Texte | Éric Dubois, syndicaliste, citoyen des Trois-PistolesIllustration | CDA Récemment, Le Devoir a publié …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *