Solidarité

Texte | Amar Cherigui, docteur en géologie
Photo | Sachintha Rukshan, https://pixabay.com/

Deux histoires diamétralement opposées, qui peuvent être des légendes, comptant le cheminement de la vie humaine au cours de sa longue marche à travers les temps : L’une est la destinée de cette femme appelée « Solidarité » à qui tout l’amour du monde entier ne peut suffire pour lui rendre l’hommage qu’elle mérite.

La femme vit dans son environnement naturel et se nourrit des biens que lui fournissait sa saine terre. Elle mangeait ce qu’elle produisait et partageait sa nourriture avec les passants, les voisins, les nécessiteux… elle a toujours eu une part pour les autres. Solidarité n’a jamais pensé seulement à elle-même ; toute sa vie est dédiée à la communauté, au partage, à l’entraide… au bien-être. La vie se développe, des bourgades deviennent des mégalopoles et la modernité atteint les recoins les plus isolés. Solidarité vieillit, plus rien n’est comme avant. Dans son entre, elle voit arriver le développement pour tous ; heureuse, mais aussi effrayée par ce qu’elle voit advenir des valeurs de générosité, sur lesquelles les sociétés ont bâti les fondements de l’ère humaine.

Dans son œuvre de chaque jour, faite de bienveillance et de partage de son labeur avec les journalier.ere.s du développement pour tous, la femme au grand cœur voit apparaitre un homme aux allures de maitre.esse ou de seigneur.esse, nommé.e « Individualisme ».

L’homme tient dans une main une mallette et dans l’autre la Vanité. Pour lui, la nature a créé l’individu pour guider le monde et la société à subir les afflictions de celle-ci. L’Individualisme, de jour en jour, fructifie sa vanité ostentatoire au détriment de la clairvoyance dont la nature lui a fait don et connaissance.

L’Individualisme s’acharne à posséder la puissance et dominer la vie ; même à mettre en péril l’existence et seul porter une valeur, ses fantasmes. Dans son impulsion, il perd tout don de la nature, du sourire à l’humour, de la réalité au pragmatisme, du rêve à l’imagination, de la bienfaisance à la générosité, de la beauté à l’amour… Dans sa tour d’ivoire, aucun bienfait ne vibre dans son cœur. Rien que l’arrogance, le profit et le matériel.

Des moments cycliques de fatalité et d’impuissance arrivent souvent dans la vie humaine. C’est alors que Solidarité s’arme de patience et de puissance morale, tirée de son livre d’histoire transmis jour après jour et de génération à génération, pour qu’aujourd’hui en moment de peine, la femme qu’elle est reste digne et solidaire.

L’arrogance de l’Individualisme appréhende des jours ténébreux et enfante la peur et l’incertitude. C’est alors que l’homme s’afflige la solitude et de psychose. Les ténèbres deviennent sa résidence et les biens amassés durant, des braises.

La tourmente ne laisse personne indifférent. La bonté de Solidarité et l’angoisse de l’Individualisme se croisent dans un élan de communauté. La Solidarité l’emporte sur l’Individualisme et l’être humain triomphe. Demain ne sera plus comme avant.

La Solidarité, cette femme, peut être une mère, une sœur, une conjointe… une femme protectrice des valeurs humaines.

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Laura Chénard – Entrevue [Balado]

Laura Chénard, agente de communication et marketing pour Rivière-du-Loup En Spectacles, nous parle du retour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *