Accueil / Nos sens / L'Émotion / Slam RDL – Sage

Slam RDL – Sage

texte François Caron | photo Frank Malenfant

Nous connaissons maintenant le nom des trois premiers finalistes de la 4e saison de Slam Rivière-du-Loup ! Félicitations à Louis Lahaye-Roy, Mélanie Langlais et François Caron qui pourront compétitionner en mai pour une place sur la délégation louperivoise du Grand Slam !

On a cherché dans les rides du fleuve des réponses aux questions du sage.
On a cherché jusqu’aux confins de l’espace, dans les circonvolutions de la nébuleuse d’Orion.
On a cherché jusqu’au plus profond des abysses les plus sombres.
On a sondé la surface de chacun des neutrons. On a cherché dans l’amour et la science.
On a cherché parmi les écritures et les dieux anciens, on a cherché, on a cherché, mais tout ce qu’on a trouvé, ce sont de nouvelles questions.

Alors que la déferlante s’affale sur le rivage du littoral,
La belle Fernande se fane dans le lit fade de l’hôpital.

Et par la même illusion qui nous fait voir des visages dans les nuages,
On imagine derrière ses paupières, des iris bleus et vacillants,
À la recherche d’un songe, d’un sourire, d’un souvenir.
En regardant sa poitrine, on jurerait,
Comme le mouvement inexorable des marées soulève les blocs de glace paresseux en hiver,
Qu’elle se soulève du même mouvement régulier qui l’a animée pendant des années.
L’esprit humain recherche la vie, au point de se tromper lui-même.
Mais dans la petite chambre grise, où miroite le fleuve par la fenêtre, il ne reste que le silence immobile de la mort.
L’âme tend vers le vivant.

Exactement huit secondes plus tard,
deux étages plus bas, à la maternité,
Un enfant vient au monde pour goûter à sa parcelle d’éternité.
Et la vague rend ce qu’a pris le ressac.
Des larmes de joie coulent sur les joues, identiques aux larmes de peine, versées deux étages plus haut.
Et tout s’annule dans la grande balance des choses.
Une flamme s’allume et l’autre s’éteint.
La boucle se referme, emportant avec elle ses mystères.

Si la science et l’amour n’ont pas la réponse aux questions du sage,
C’est qu’on devra les trouver quelque part entre le troisième et le cinquième étage ou quelque part, entre le large et le rivage.
Ce jour-là, je peux vous jurer que pendant exactement huit secondes
Le cours du fleuve s’est arrêté.

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Bienvenue aux étudiants internationaux

texte et photo Sara Dumais-April Chaque année, après les semaines intenses de la saison touristique, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *