SLAM RDL – Poésie

Texte Marie-Hélène Harvey | Photo Vincent Couture

La troisième soirée de Slam de la saison s’est tenue devant une salle comble malgré la tempête de neige hâtive à l’extérieur. Quelle belle marque de reconnaissance de la part du public qui nous a donné un petit avant-goût des belles soirées qu’on passera tous ensemble au chaud cet hiver.

Se sont classés les 3 derniers concurrents de la première demi-finale du printemps : Roxane Lagacé, Émile-Olivier Desgens et, la grande gagnante, Marie-Hélène Harvey qui nous partage un de ses textes gagnants.

Le canal est ouvert.
Le canal est enfin ouvert.
À force de lire et d’entendre
Cette poésie,
Elle m’a englouti doucement,
M’a traîné avec elle,
Et je suis arrivée ailleurs.

Je ne sais pas si c’est une bonne nouvelle.
Certaines choses me semblent plus belles,
Mais d’autres perdent leur sens.
Je comprenais et je ne comprends plus.

Je sors de cette terre que j’ai connue.
Je découvre de nouveaux territoires,
Mais avec ces découvertes viennent de nouvelles responsabilités.
Comme s’il fallait porter cette parole nouvelle,
La partager,
Parce que peut-être que d’autres comme moi sont arrivés ici.
Ils sont arrivés mais bien qu’ils aient trouvé,
Ils se sentent plus seuls encore.

Je regarde les Gémeaux.
Nous nous mettrons des robes et des chapeaux.
Nous nous dirons qui sont les meilleurs.
Et à ceux-là, nous leur donnerons un trophée.
Je comprenais, mais je ne comprends plus.

J’ai une nouvelle voiture.
Un modèle compact sécuritaire et qui consomme vraiment moins
d’essence,
En plus c’est 5 ans sans intérêts.
Je comprenais, mais je ne comprends plus.

J’ai choisi la couleur du plancher flottant.
En plus, il est en spécial alors j’ai deux fois plus de boîtes pour le même prix.
Ça fera bien avec la couleur des moulures.
Je comprenais, mais je ne comprends plus.

J’ai l’impression que je parle
Vent,
Lumière,
Souffle,
Marées,
Musique,
Silence,
Douceur,
Harmonie.

Je ne parle pas ton auto, ta circulaire, ta feuille de temps, ton cellulaire.

Je parle
Couleur,
Amis,
Sourire,
Arbre,
Enfant,
Automne,
Histoire,
Sommeil.

Je ne parle pas tes REER, le trafic, Facebook ou le magasin.

Et je ne sais pas si c’est une bonne chose.
Je pense que non.
Je pense que oui.

Je crois que c’est un canal qui ne se refermera probablement plus.
À moins que je m’endorme.
Je pourrais m’endormir, ce serait plus facile.
Je serais le Télé-Journal, Instagram, la semaine de 40 h, les 5 à 7, les
moitiés-moitiés, le petit verre de vino, le chandail en spécial, et tout
serait tellement plus simple.

Pourtant, je préfère voir
Les vagues comme une respiration,
Un amour rempart,
La pluie soufflant les vieilles tristesses,
L’éclat de leurs rires comme un hymne
Berçant nos heures et nos jours.

Je comprenais, mais je ne comprends plus.

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Sculpter le temps

Texte Sara Dumais-April En 1995, le Concours intercollégial de sculpture sur neige du cégep de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *