Slam RDL | C’était beau

Texte | Jocelyn Picknell-Tremblay

La 6e et dernière soirée régulière de SlamRDL a qualifié les trois dernier·ère·s demi-finalistes de la saison. Les trois gagnant·e·s de la soirée en étaient à leur première participation ! Félicitations à Jocelyn Picknell-Tremblay pour sa première place !

C’était beau. Tout le monde était là. Mon père et ma mère, pratiquement des inconnus depuis la séparation, étaient réunis, là, à un même endroit, sans se crier dessus. Ma mère donnait les instructions. Mon père, lui, ne disait rien, donnait des photos à qui voulait ben en prendre… Ils avaient l’air unis, en mission…

Le voisinage au complet est venu. J’en connaissais pas ben ben, mais j’avais tous déjà vu leur face au-dessus d’une haie ou ben mélangées au reflet des nuages au travers de leur pare-brise de char… Tou·te·s faisaient des faces d’encouragement. Avouez que dans un cours de face, on l’aurait toute coulé d’après moi l’examen de « face d’encouragement ». Tou·te·s les profs que j’ai eu·e·s, pis même mon directeur d’école aussi étaient là. Je doute qu’il·elle·s se rappelaient de moi. Je ne pense pas avoir jamais dit un mot en classe, sauf pour les exposés pis toute… Si l’un·e d’entre eux·elles avait retrouvé mon corps, on aurait sûrement entendu « hey, je l’ai trouvé… je pense… » Y’avait plein de jeunes aussi. Le gros Dave avait l’air cent fois moins fort pis tough que d’hab. Il est resté toute la journée pis il cherchait comme un déchaîné dans les pires recoins, comme un chercheur d’or qui n’a pas mangé depuis des jours. Comme si de me retrouver vivant l’aurait déculpabilisé de tout ce qu’il m’a fait… J’avais pas mal moins peur de lui en le voyant comme ça. Julie, le plus proche que j’ai eu d’avoir une amie, était là elle aussi, avec sa crew. Elle avait imprimé des cartes avec Google Maps de tous les environs… les parcs, les trails dans la montagne avec les dénivelés pis toute… Je pouvais enfin la regarder de proche sans avoir peur. Criss qu’elle était belle ! J’avais peur que ce soit elle qui me retrouve… je ne voulais pas qu’elle me voie comme ça.

C’est fou, j’ai essayé d’être visible toute ma vie, qu’on sache j’suis qui, qu’on me parle, qu’on m’apostrophe sans coup chien ni coup de poing. Cette journée-là j’ai décidé de disparaître…

C’est seulement là que tout le monde a ouvert les yeux. Tout le monde voulait de moi, de mes nouvelles. Tout le monde voulait voir la petite boucane sortir de ma bouche en ce matin frette de novembre…

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

De l’insulte à l’injure

Texte | Éric Dubois, syndicaliste, citoyen des Trois-PistolesIllustration | CDA Récemment, Le Devoir a publié …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *