Accueil / Nos sens / L'Émotion / Sébastien Rioux, enthousiaste entrepreneur pistolois

Sébastien Rioux, enthousiaste entrepreneur pistolois

texte Priscilla Winling

 

La photo de couverture en 360 degrés du numéro de mai dernier, c’est lui. Le mot-clic #WOWlesbasques ? Encore lui.

 

Quand on sort d’une conversation avec Sébastien Rioux, on n’a qu’une seule envie : recommencer.

Il est passionnant. Et passionné.

Je démarre l’entrevue avec mes interrogations de nouvelle arrivante. Par exemple, j’avais relevé l’omniprésence du nom Rioux dans la MRC des Basques. Seb, comme il préfère qu’on l’appelle, me raconte l’histoire du fondateur de Trois-Pistoles et ancêtre des Rioux, parsemant son récit de mille petites anecdotes. Je suis étonnée d’apprendre que les Basques ne sont jamais allés plus loin que l’île qui porte leur nom et que Jean Rioux a échangé l’île d’Orléans contre les terres de Trois-Pistoles. L’homme est chaleureux, sympathique et jamais avare de commentaires. Les fines pattes d’oie aux coins de ses yeux qui se dessinent quand il sourit accompagnent un regard pétillant. En écoutant Seb me parler de son parcours, je me dis qu’il ne s’est jamais ennuyé, avec ses expériences diversifiées dans le tourisme, la culture, l’engagement citoyen, la communication, avec l’envie de comprendre et de partager comme formidable moteur. Son parcours l’emmène d’abord à Québec, pour ses études, ensuite à Montréal, avec Cagibi, son groupe de funk rock. Membre fondateur et chanteur, il en sera aussi l’agent, le tourneur et celui qui s’occupe de l’administration pendant onze ans. Entre-temps, il travaille aussi dans l’industrie du tourisme au Mexique et aux États-Unis. Même au loin, Trois-Pistoles reste dans un coin de sa tête, de son coeur. Au début des années 2000, il s’engage contre le projet de barrage hydraulique à Trois-Pistoles. Le succès de la mobilisation passée, désireux de proposer un événement festif et fédérateur, il fonde Echofête avec ses amis Mickaël Rioux et Stéphane Dumont, un événement consacré à la sensibilisation et à la préservation de l’environnement. C’est le premier festival de ce type dans la province. Il connaîtra douze belles éditions, attirant de plus en plus de monde chaque année à Trois-Pistoles.

« Cette région des Basques qu’il aime tant, Seb veut la faire connaître. »

Revenu enfin à Trois-Pistoles, il devient peu après l’attaché parlementaire du député Guy Caron, jusqu’en 2015. C’est l’occasion pendant trois ans de plonger dans le concret des préoccupations des citoyens, de voir leur réalité économique et sociale. Un détour par MAtv l’oriente dans le domaine du journalisme et de l’animation, le temps de trois saisons de Mise À Jour, l’émission d’affaires publiques. Mais, depuis quelque temps, le besoin de créer devient de plus en plus insistant. Cette région des Basques qu’il aime tant, Seb veut la faire connaître. Le projet du blogue des Basques voit le jour en juillet 2016. Le CLD de la MRC des Basques soutient l’initiative. L’expertise née d’une longue pratique des médias sociaux, de son aisance à communiquer tant à l’écrit que face à la caméra, toutes les compétences et le savoir-faire accumulés, tout ce qu’est Seb, se concentrent dans ce nouveau défi. Il écrit, se lance dans la réalisation de capsules. Le public embarque. Cela lui donne l’impulsion nécessaire pour se lancer dans sa propre entreprise de création de contenu multimédia, principalement en vidéo et en musique, mais aussi en 360 degrés et en réalité virtuelle, synthèse de toutes ses expériences, valeurs et compétences. En ce moment, c’est le dynamisme des jeunes entrepreneurs des Basques qu’il valorise avec une série de vidéos.

Seb dit qu’il a « l’impression de faire du bien à sa communauté ».

Ce n’est pas qu’une impression.

www.sebrioux.com

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Corps, PARFAITEMENT parfait

texte Andréanne Martin | Technicienne en diététique   Lorsque j’ai appris que le prochain thème ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *