Accueil / Nos sens / La Réflexion / Sage-Femme
mars09

Sage-Femme

par Michelle Roy

 

Il y a de quoi sortir le champagne, mesdames. C’est officiel, les sages-femmes auront le droit d’offrir leurs services à Rivière-du-Loup.

Cette grande nouvelle est attendue depuis pas moins de 20 ans ! En effet, depuis toutes ces années, les femmes d’ici ont revendiqué leur droit à être suivies par le professionnel de la santé de leur choix et de pouvoir donner naissance dans le lieu de leur choix. Sans sage-femme dans les parages, les parents n’avaient jusqu’ici qu’une seule option : l’hôpital. Maintenant, on ouvre la porte à des lieux nouveaux et à des naissances personnalisées. À la maison, en salle d’accouchement, dans le bain, à quatre pattes ou en suspension dans une écharpe; tout devient accessible ! Bien que cela soit encore marginalisé au Québec, le service de santé offert par les sages-femmes est légal et sécuritaire. C’est une pratique médicale qui gagne à être connue. Non seulement l’accessibilité aux sages-femmes désengorge les hôpitaux des femmes dont la grossesse ne requiert aucune intervention, mais en plus, elle permet aux futurs parents d’avoir un suivi continu en anté, per et post natal. En effet, être suivie par une sage-femme, c’est être en contact avec la même professionnelle de la santé, du début à la fin. C’est une heure entière accordée aux futurs parents lors de chaque rencontre. La globalité de la personne est considérée, pas juste sa tension, ses nausées ou ses vertiges, mais aussi son moral, son plan de naissance, ses inquiétudes et questions. C’est un suivi où le père et le réseau proche sont impliqués, car eux aussi comptent. C’est un service qui a le temps de prendre en considération la totalité de l’événement de la naissance. Au placard les vieilles idées de bonne femme louche à ciseaux rouillés! Les sorcières, c’est dans les histoires pour enfant. En 2018, une sage-femme est une professionnelle de la santé spécialisée en soins périnataux. Rappelons que dans plusieurs pays industrialisés, notamment aux Pays-Bas, les accouchements à domicile ou en maison de naissance sont tout bonnement normaux, très ancrés dans le quotidien et ne font pas l’objet de plus de complications que les naissances au Québec. D’ailleurs, plus les recherches avancent autour de la naissance, plus les grandes instances de la santé prennent conscience de l’importance de la physiologie de l’accouchement et conseillent la limitation des interventions durant le travail. Alors, futurs parents ? Prêts à donner naissance autrement ?

mars09

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

avril29

En tant que lecteur, j’ai le droit…

par Justine Saint-Pierre, libraire à la Librairie du Portage   Depuis 1996, au Québec, nous ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *