Route-du-fleuve

Texte et photo | Constance Céline Brousseau

Pendant les instants qui suivront
laissons le fleuve agir
et les îles Pèlerins peser de toute leur souveraineté
dans l’eau puissante

Les montagnes Laurentiennes
glissent soyeusement leur rondeur ancienne

Le quartz rose du Gros Pèlerin
allume son flanc rocheux sous le soleil levant tel un phare du matin

N’avoir que ses lobes d’oreilles pour voler
et entendre l’étreinte des contours de l’île
clameur de l’écume

Le ciel par-dessus le toit
Petits nuages déposés
leur transparence soufflée
deux goélands à manteaux noirs les traversent aisément

Soudainement, arrive de l’autre rive
une coulée gélifiée au fusain océanique
sculptée en doux roulis incessants
ces vagues lentes à bout de souffle sur la grève

De hautes herbes salées d’émeraude pointent
Léger fracas sonore d’éclats verts en bordure asphaltée

Il fait trop tôt
La tessiture du silence est encore seule sur la route
Laissons agir le fleuve
Avant l’arrivée des passant·e·s (qui passent)

Entièrement les feuilles du bouleau à l’avant-plan frémissent
Tout est parfait maintenant
Suzie Leblanc
Chante la Gloria d’Hændel

Conscience tranquille et esprit joyeux
Le majestueux matin du fleuve

À propos de Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Source d’énergie scolaire depuis 50 ans ! [Publireportage]

Texte | Collège Notre-DamePhotos | Jean-François Lajoie Le collège Notre-Dame, connu avant 2008 sous le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *