Accueil / Nos sens / La Réflexion / Qui est suicidaire… pas moi ! Pourquoi avoir recours aux services d’un centre de prévention du suicide ?

Qui est suicidaire… pas moi ! Pourquoi avoir recours aux services d’un centre de prévention du suicide ?

texte Mélanie Dumont, directrice générale et responsable des services communautaires, Centre prévention suicide du KRTB

Quand on entend « centre prévention suicide », on peut observer plusieurs réactions : soit on fait comme si on avait rien entendu, soit on pose plusieurs questions pour comprendre comment ça fonctionne, soit on s’ouvre et on commence à raconter son histoire. On peut également se demander ce que les gens qui y travaillent font, s’ils.elles sont des bénévoles, s’ils.elles ne font que de la prévention, s’ils.elles ne font qu’écouter au téléphone des gens en souffrance, etc., mais au fond un centre de prévention du suicide, c’est bien plus que ça.

À Rivière-du-Loup, depuis 1986, on retrouve le Centre prévention suicide du KRTB (CPS du KRTB), qui autrefois s’appelait Centre Ressources Interventions Suicide du KRTB (CRIS). Il oeuvre sur tout le territoire du KRTB (Kamouraska/Rivière-du-Loup/Témiscouata/Les Basques). Sa mission est de contribuer à répondre aux besoins de la population du KRTB concernant la problématique du suicide, le tout en intervenant prioritairement auprès des gens suicidaires, de leurs proches, des personnes endeuillées par le suicide, des intervenants à la suite d’une tentative de suicide ou d’un suicide ainsi qu’auprès des personnes à risque suicidaire.

Concrètement, que fait-il ? Tout d’abord, il faut savoir que le CPS du KRTB emploie trois intervenant.e.s, incluant la direction générale, à temps plein ainsi qu’une personne à la comptabilité à temps partiel et, qu’à l’occasion, il embauche d’autres intervenants le temps d’un projet. Il a un conseil d’administration de sept administrateur.rice.s. Par la suite, entrons dans le vif du sujet, soit ce que fait l’équipe de travail concrètement. Le travail se décline en trois secteurs : la prévention, l’intervention et la postvention.

LA PRÉVENTION
Commençons par la prévention qui consiste à offrir des sensibilisations, des ateliers, des formations, à animer des kiosques d’information, bref à aller rencontrer la population en général, mais également les intervenant.e.s de différents réseaux, de différents milieux. Le but premier de la prévention est de faire connaître au plus grand nombre de gens les services offerts au CPS, de démystifier la problématique du suicide, de former les gens, autant la population que les intervenant.e.s, à repérer, à questionner, à référer ou encore à faire une intervention complète auprès des gens suicidaires ou qui pourraient être à risque. Le CPS du KRTB offre une multitude de formations ; les plus connues sont Agir en sentinelle pour la prévention du suicide et Intervenir auprès de la personne suicidaire à l’aide de bonnes pratiques.

L’INTERVENTION
Le volet intervention quant à lui consiste à intervenir directement auprès de la personne suicidaire, mais également auprès des proches de cette personne. L’intervention peut se faire sous différentes formes, soit l’intervention et la relance téléphonique, l’intervention en face à face, et ce de façon individuelle ou familiale par exemple. Tout.e intervenant.e qui se questionne sur son intervention auprès d’une personne suicidaire peut interpeller le CPS du KRTB pour du support clinique. Par exemple, vous êtes la meilleure amie de Myriam (nom fictif) et vous vous inquiétez pour elle. Vous croyez qu’elle veut s’enlever la vie, mais vous ne savez pas comment vous y prendre pour le lui demander. Vous pourriez appeler au CPS du KRTB, expliquer la situation à l’intervenant.e qui vous répondra et vous guidera sur ce qui serait le mieux à faire, tout comme il.elle pourrait vous proposer d’appeler votre amie pour parler avec elle, voir ce qui se passe, lui offrir de l’aide.

LA POSTVENTION
Le dernier volet est celui de la postvention, ce qui réunit en termes plus simples toutes les actions posées à la suite d’un suicide, peu importe le milieu ainsi que le suivi de deuil. Encore une fois, les gens peuvent recevoir de l’aide soit de façon individuelle ou en groupe (famille, milieu de travail, équipe sportive, etc.). Les gens ont accès à de l’intervention ou à des relances téléphoniques ou à des interventions en face-à-face. De plus, le CPS du KRTB offre un groupe de soutien pour les personnes endeuillées par un suicide. Il aide également tout en formant à mettre en place les protocoles de postvention en milieu scolaire et en milieu de travail.

Pour avoir accès aux services, il suffit de nous appeler du lundi au vendredi entre 9 h et 12 h et entre 13 h et 17 h. Tous nos services d’aide sont confidentiels et gratuits. Le CPS du KRTB est un organisme communautaire où il vous est permis de parler sans vous censurer de votre souffrance, de pleurer, d’être en colère, où vous êtes au coeur de l’intervention, au coeur de la relation d’aide.
Devenez membre au www.cpsdukrtb.org et suivez-nous sur Facebook
Inquiet.ète pour vous ou pour un proche ? Appelez-nous au 418 862-9658.

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Chronique Féministe #60 : Des féministes amoureuses de la société

Texte : Annie Michaud, Centre-Femme du Grand-Portage C’est le mardi 1er octobre 2019 qu’avait lieu …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *