Accueil / Nos sens / L'Émotion / Quand tes mains te parlent

Quand tes mains te parlent

marieameliedube

par Marie-Amélie Dubé – photos MAD

 

Marie-France Pelletier, artthérapeute diplômée de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, m’a invitée, il y a quelques semaines, à vivre une expérience d’art-thérapie à sa clinique située à Trois-Pistoles, en fonction depuis près d’un an. J’avoue que j’étais à la fois intriguée, à la fois excitée, puis, par moments, sceptique. J’avais des préoccupations complètement dérisoires du genre : qu’est-ce que je pourrais bien dessiner… je suis tellement poche en dessin ! Et à l’opposé, dans un registre plutôt lourd, je me demandais comment contenir toute la complexité de mon existence et y extraire de manière contrôlée qu’une infime portion de ma vulnérabilité. Mon inconscient allait-il me jouer des tours ? Aucune thérapie à ce jour n’est venue à bout de mon côté givré « dramaqueenesque ». C’est peut-être parce que je n’ai jamais fait de thérapie ? Le jour venu, j’ai oublié la rencontre. J’étais en train de faire la vaisselle quand j’ai reçu le texto. Je suis partie comme une balle vers la clinique en me disant : comment aije pu oublier ce rendez-vous avec mon anima ? L’abnégation a pris le dessus ; j’allais me livrer pour vous, chers lecteurs, allez-y, docteur, je vous offre ma caboche pour la postérité. 10 minutes plus tard, j’étais là. Grande feuille blanche devant moi. Choix de crayons, pinceaux, crayons de cire, pastels secs, aquarelle. Le pastel gras, ce fut mon choix.

 

dec38

 

 

Marie-France : Sur quel trait de ta personnalité aimerais-tu travailler, Marie-Amélie ?

Marie-Amélie : Hummm. [Eh merde, quoi choisir ? Rien de trop engageant.] Mon hypersensibilité !

 

Marie-France : Ferme tes yeux et pense au mot « hypersensibilité ». Qu’est-ce qui apparaît en premier dans ta tête en lien avec à ce mot ? Ouvre tes yeux et vas-y, dessine ce que tu as vu.

Jaune. Un feu jaune. Des flammes. Ajouter du rouge. Ajouter beaucoup de petits traits, par-ci par-là…

Marie-Amélie : Argh, c’est tellement abstrait, on dirait que je ne suis pas capable de faire de quoi qui a du sens !

RÉFLÉCHIR ET RESPIRER

Faire des triangles, des rangées de triangles. Changer de crayon. Faire des contours. Ça, c’est concret.

 

Marie-France : As-tu vu ce que tu viens de faire ?

Marie-Amélie : Non ?

 

Marie-France : Tu trouvais que ce que tu faisais était trop abstrait et tu t’es mise à faire des formes droites, rigides, et tu as créé quoi ?

Marie-Amélie :…

 

Marie-France : Un bol. Et ça sert à quoi, un bol ?

Marie-Amélie : À contenir ?

 

Marie-France : Eh oui… et ton hypersensibilité… c’est ça que tu aimerais contenir !

Marie-Amélie : Woah…
En 15 minutes seulement, ma main et mon inconscient étaient devenus chummy !

 

dec39

 

Marie-Amélie : C’est difficile de dire ce qui s’est réellement passé, mais ç’a vraiment eu du sens ! Wow, t’es une magicienne, Marie-France !

Marie-France : Je n’ai presque rien fait, je t’ai guidée simplement et j’ai observé. Tout est dans le processus. Les réponses, elles, sont en toi. Elles prennent la forme du dialogue qui s’opère entre toi, la feuille et les images.

 

Marie-France me disait que les gens viennent la consulter pour différentes raisons. Pour des peurs, des deuils, des ruptures amoureuses, des remises en question professionnelles. Bref, pour les mêmes raisons que l’on consulte un psychologue. Je trouve ça vachement cool comme idée ! Je pense même que je vais retourner la voir !

 

« L’art-thérapie est une approche thérapeutique qui vise le mieux-être de la personne. Ses fondements reposent sur la psychologie et les arts visuels. La rencontre se déroule dans le cadre d’une relation thérapeutique où la création d’images est le moteur de la communication, l’art joue ici le rôle de médiateur. Aucun talent artistique ni habileté spécifique ne sont requis pour pouvoir bénéficier pleinement de l’art-thérapie. Imaginez plutôt un espace rempli de matériel artistique vous invitant à vous laisser aller. La relation de confiance avec l’art-thérapeute se construit au fil des coups de crayon et de ciseaux, des collages, des modelages informes, mais aussi au fil des silences et des bouleversements. »  source – http://mariefrancepelletier.com

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Épinard de mer , fleuve et bon temps

texte MAD photos Audrey Mainguy Photographie   Arrêter le temps Se déposer À deux pas ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *