Printemps

Texte | Guido Macías-Valadez

Le printemps est une saison d’espoir,
mais à Kamouraska on n’attend pas,
notre immense fleuve,
avec son courant, venu de l’ouest,
entraîne vers le Golfe les dernières glaces de l’hiver.
En père amoureux, il attire
les douces brises du printemps,
venues du sud éloigné et chaleureux.

Le Saint-Laurent accomplit la tâche des vents,
en imposant la tiédeur dans ses eaux,
et aux tas de glaces amassés sur ses rives.
Nous regardons étonné·e·s son oeuvre,
et nous sommes enchanté·e·s de cette douceur,
où germe déjà l’été.

Mais, s’il nous envoie des vents déchaînés,
on se réfugie en nous-mêmes.
Nous attendons avec patience qu’il finisse le nettoyage,
pour conduire à un été nécessaire et radieux,
porteur de chaleur et de fertilité accélérées,
donnant naissance à une végétation luxuriante,
qui fait fleurir ses berges.

Toutefois, le printemps est non seulement un pas vers l’été,
mais aussi le grand Peintre de la Nature,
avec sa palette de tulipes, lilas et roses.
Il comble de couleurs l’atmosphère illuminée
par un soleil de plus en plus intense.
Il fait disparaître le blanc impeccable de la neige,
qui à la fin de l’hiver devient un peu monotone.
Les bourgeons des arbres, paraissant morts,
nous montrent que la vie, étant toujours là,
n’avait besoin que d’un peu de chaleur pour se manifester.
Le printemps, en grand magicien des couleurs,
habille les plantes d’un vert tendre qui renaît
et procure la joie de vivre dans nos coeurs.

Printemps, jeunesse des saisons,
toi qui ressembles à un garçon plein de vie, attires la canicule
et ressuscites le désir dans nos corps, un peu raidis par l’hiver.
L’énergie que tu nous transmets
nous emmène aux jours remplis de grâce et de beauté.
Ceci nous harmonise avec la terre qui s’éveille,
et renforce les liens de solidarité envers les autres.

Jeune fille du printemps,
toi qui réveilles la nature endormie par l’hiver à boire,
je te salue : grande promotrice de la fécondité
et de l’accouplement des êtres vivants.

Allez, les jeunes ! Unissez vos forces !
Peuplez notre terreau et remplissez les réserves de vie.
Que votre alliance nous guide vers des réalités nouvelles,
où tout égoïsme et toute misère soient effacés de notre sol,
laissant place à la loyauté et au don de soi.

À propos de Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Tous ces livres, si peu de temps

Texte | Marie-Josée Saindon NOUS ÉTIONS LE SEL DE LA MERRoxanne Bouchard. VLB éditeur. Mai …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *