Accueil / Nos sens / L'Émotion / Prendre le temps d’entendre les oiseaux chanter

Prendre le temps d’entendre les oiseaux chanter

Rencontre avec Laurette Demontigny et Jérémy Savoie | texte Marc-Antoine Gosselin-Côté | illustration Esther Pomerleau

 

Aujourd’hui, 22 octobre 2018, je suis en route pour rejoindre madame Laurette Demontigny et son mari monsieur Jérémy Savoie. Je débarque de mon véhicule avec l’objectif d’en apprendre un peu plus sur ce couple qui a fêté son 5e anniversaire de mariage cette année. Je franchis les portes de la résidence où ils habitent en me disant, naïvement, que je ressortirai avec une histoire d’amour tendre et heureuse digne d’un conte fantastique de Disney. Toutefois, je me suis vite rendu compte que j’avais raté le vol vers Walt Disney World. En effet, un aller simple vers la dure réalité de la vie a fait en sorte que je vous parlerai plutôt de l’histoire d’une battante, d’une femme qui aurait eu toutes les raisons du monde d’abandonner et qui, aujourd’hui, sourit, simplement, en écoutant le chant des oiseaux le matin. La violence et le manque d’amour ont caractérisé l’enfance de Mme Demontigny et se sont perpétués jusqu’à son premier mariage. En effet, après avoir vécu l’horreur auprès de ses parents, c’est avec un mari alcoolique et coléreux que son chemin dans la noirceur s’est prolongé. Plusieurs années passèrent sans que Mme Demontigny ne puisse penser une seconde à elle-même. Entre l’agressivité de son mari et le devoir qu’elle se faisait de bien élever ses enfants malgré la situation, Laurette avait oublié quelque chose. Elle s’était oubliée elle-même. Elle n’entendait même plus les oiseaux chanter le matin.

 

 

Puis, un jour, elle découvrit Al-Anon, un OBNL s’adressant aux proches de personnes souffrant d’alcoolisme. Elle a décidé de prendre sa vie en main ! Elle a quitté son mari violent et agressif, elle est parvenue à changer de direction pour se diriger, lentement, vers un chemin plus lumineux et réentendre le chant des oiseaux le matin. Quelques années plus tard, lors d’une conférence qu’elle donnait chez les Alcooliques Anonymes, ce qu’elle ne cherchait plus arriva ! TADAM ! M. Jérémy Savoie ! Il cherchait la motivation pour cesser sa consommation excessive d’alcool qui le suivait depuis qu’il était jeune adulte. En plus de réussir à se débarrasser de sa dépendance, monsieur Savoie rencontra une femme : Mme Laurette Demontigny. Est-ce sa rencontre avec Mme Demontigny qui l’a aidé à se débarrasser de son alcoolisme ? Ça, l’histoire ne nous le dit pas. Mais, depuis ce temps, ils vivent le parfait amour. Aujourd’hui, le 22 octobre 2018, après 40 ans de vie commune, 5 ans de mariage et 35 ans de sobriété pour M. Savoie, c’est une Laurette Demontigny heureuse, calme, souriante, sereine, ayant foi en la vie que j’ai rencontrée. Après près de deux heures de discussion, une fois dans mon véhicule, je réalise l’ampleur de ce que je viens d’entendre. Je réalise qu’il faut apprécier les petites choses et qu’à partir de maintenant, je devrais, moi aussi, prendre le temps d’écouter les oiseaux chanter le matin.

 

C’est une expérience qui restera gravée dans ma mémoire pour le restant de mes jours. Je considère avoir eu beaucoup de chance de vivre un moment comme celui-là. Cette rencontre m’a prouvé que, malgré les difficultés, il est possible de vivre, d’accepter et de pardonner. La clé est de prendre le temps de vivre dans le moment présent. La vie va tellement vite que nous ne prenons plus le temps d’avoir de la gratitude pour les choses simples. Je suis heureux d’avoir eu la chance de rencontrer Mme Demontigny et M. Savoie. – Marc-Antoine

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Une résolution environnementale pour 2019

texte Sarah-Ève Roy | Journaliste à L’Inné-Dit | photo Patric Nadeau À chaque début d’année, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *