Accueil / Nos sens / La Réflexion / Pourquoi? La Journée Mondiale du Livre et du Droit d’Auteur

Pourquoi? La Journée Mondiale du Livre et du Droit d’Auteur

par Isabelle Moffet – photo Julie Perreault

 

SOULIGNER LE LIVRE…

Depuis le Moyen Âge, le 23 avril, on célèbre en Espagne la fête de la Saint-Georges, la Sant Jordi, le patron des Catalans. Une légende veut que le chevalier Jordi ait délivré une princesse des griffes d’un dragon. Il trancha la tête de l’animal et une pluie de roses s’en écoula. (N’est-ce pas MAGNIFIQUE ?) Quelques siècles plus tard, en 1926, un éditeur de Barcelone décida de créer une fête en hommage à Cervantès, le célèbre auteur de Don Quichotte. Il choisit le 23 avril, jour de la mort de l’écrivain, pour commémorer l’événement. De l’association de ces deux fêtes naquit la Journée du livre et de la rose, tradition maintenant célébrée dans plus de 80 pays. En octobre 1995, l’UNESCO annonçait le 23 avril Journée mondiale du livre et du droit d’auteur afin de rendre un hommage mondial au livre et à l’auteur, et d’encourager chacun à découvrir le plaisir de la lecture et à respecter l’inestimable contribution des créateurs au progrès social et culturel. Le succès de cette initiative dépend essentiellement du soutien que peuvent lui apporter les milieux intéressés (auteurs, éditeurs, libraires, bibliothèques, etc.) qui sont mobilisés dans chaque pays et qui apportent tous une couleur particulière à cette journée partout dans le monde.
…ET LE DROIT D’AUTEUR.
Depuis plus de 200 ans déjà, le droit d’auteur assure aux créateurs qu’ils recevront une rémunération pour le travail qu’ils accomplissent. Il ne s’agit pas d’une récompense, mais bien d’un revenu pour le temps et l’énergie qu’ils consacrent à faire fructifier leur talent et leur créativité. Ce n’est donc pas un bonus, un caprice ou un extra qui est payé à un créateur quand on achète son oeuvre (peu importe le genre d’oeuvre !), mais bien son gagnepain, sa paie, son revenu… qu’il soit riche ou pauvre, connu ou émergent !

« Depuis plus de 200 ans déjà, le droit d’auteur assure aux créateurs qu’ils recevront une rémunération pour le travail qu’ils accomplissent. »

À l’heure où l’éclatement du monde numérique et virtuel annonce des possibilités de création nouvelles (et dont l’expansion ne fait que commencer !), il est plus important que jamais de reconnaître aux auteurs l’importance de leur travail et de leur remettre la juste valeur de ce qu’ils nous apportent d’émotion, d’évasion.
MAINTENANT, À CHACUN DE VOS ACHATS, PENSEZ-Y !
Voici quelques exemples d’activités se tenant à travers le Québec en 2018 : rencontre d’auteurs, lancement de livre, brunch littéraire, soirée d’information sur « l’autopublication », circuit littéraire à pied ou en autobus, lecture publique, littérature et gastronomie, spectacle littéraire pour les enfants, atelier d’écriture, atelier théâtral, divers concours, etc. On traite de tous les sujets en littérature ; donc cette journée mondiale peut prendre la forme et la couleur que nous voulons bien lui donner ! C’est dans cette même optique que, chaque année, le thème et le porte-parole changent. En 2018, le thème est « Je choisis un livre parce que… » et le porte-parole est Patrick Drolet.
Et vous, en avril, choisirez-vous le livre ?
SOURCE : WWW.JOURNEEDULIVRE.CA

avril18

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Petits gestes écologiques à adopter au quotidien

texte et photo Catherine Roy   On le sait, parler d’environnement et d’empreinte écologique à ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *