Pour ne pas être élevé·e par les loups

Texte | Max Belisle, préposé au délire
Photo | Liv Bruce

Pour la famille alternative, comme pour la musique alternative, l’idée c’est d’essayer des affaires, aller ailleurs que dans les trails tapées. Dans le cas de la famille, l’autoroute à huit voies, c’est le modèle traditionnel tiré direct des porte-paroles de Dieu. Ceux·Celles pour qui l’histoire se base sur un modèle familial plutôt alternatif qui implique un Saint-Esprit. Ça en mène large dans l’boutte. Théoriquement, ç’a quand même un peu de bon sens. Un père, une mère, leurs flos. Sur papier, ça se tient.

Hum. En 2021, y’a d’autres options, des alternatives ! C’est-tu pas assez malade ? Partons de l’idée qu’un·e enfant, ça s’élève pas tout·e seul·e, et lisons le menu ! Prenons par exemple la famille monoparentale, parce qu’on est jamais si bien servi·e que par soi-même ! Faut aimer avoir de la broue dans le toupet ! Mais un parent qui rush vaut mieux qu’un couple toxique.

Parce que j’encourage tout le monde, je vais y aller avec une citation d’une grande de la télé : « Quand on est deux, ça va deux fois mieux. » Mettons que t’es deux, mais que par un chemin du calice, tu te retrouves deux dudes avec un flo ? Y’a encore des préjugées, viarge ! Hhhhhhhhh ! (C’est quoi l’onomatopée de quelqu’un qui respire fort ?) Vous laissez « le 13 ans » du voisin garder vos enfants ? Deux adultes devraient être corrects pour les élever !

Pis si on veut être plus que deux, mettons ? Multigénérationnel, c’est jouable. C’est «turbo-trad», en plus ! Pourquoi ça choquerait ? Grand-maman qui vit des instants d’intimité chez vous comme t’avais pas imaginé.

Multigénérationnel, c’est aussi quelqu’un·e qui a un enfant dans une situation ordinaire et qui retourne chez ses parents ; un peu moins trad. Je me suis même surpris à m’imaginer ça triste. Ça fait du monde qui élève des flos avec un peu de stabilité, non ?

Plus que deux : version polyamour, disons ! La légende dit que tu prépares des lunchs moins souvent ! C’est nécessairement viable !

Les milliardaires qui font élever leurs flos par une nanny qui demeure avec eux·elles, c’est-tu alternatif ? C’est en marge, quand même ! Mais je les méprise ! Voilà, c’est dit ! En même temps, leur éducation est probablement plus connectée sur la vraie vie comme ça !

Le monde se sépare aussi, pis ben, les gens se « rematchent ». Y’a des gens qui se retrouvent beaux-parents sans nécessairement avoir eu neuf mois pour se préparer ! La formule « un parent, un·e enfant, quelqu’un·e d’un peu mêlé·e », c’est cool, non ? Faut aimer les cours accélérés en élevage, c’est tout !

Les personnes qui commencent à sortir ensemble pis qui ont chacune des flos à différents moments dans le calendrier ? La version Ramdam. À ce moment-là, « alternatif » veut plus dire « des jours, tu t’en occupes ; d’autres jours, tu t’en occupes pas ». Les enfants issu·e·s de ce modèle familial ne disent pas nécessairement tout ce qu’il·elle·s pensent à une caméra. Non, han ?

Sur papier, le modèle traditionnel se tient. Si l’enfant se développe avec tous ses morceaux, les autres formules aussi sont viables. Autant y’a de matériaux pour bâtir une maison, autant y’a de modèles pour bâtir une famille. Malgré ça, y’a du monde pour trouver ça weird, pour se méfier et dire une phrase qui déclenche une étincelle chez tou·te·s les préposé·e·s au délire du monde : « Qu’est-ce que ça va être après ? »

OK, on va commencer smooth : est-ce qu’on va pouvoir déléguer de l’élevage à Alexa ? Le bout du « pourquoi », mettons ? Ou plus, c’est à votre guise. Une famille avec un robot comme les films des années 80, ç’a son charme ! Si oui, est-ce que c’est un modèle alternatif ou ça va devenir la norme ? Est-ce qu’elle fait partie de la famille ? Elle parle quasiment comme une humaine pis toute !

Qu’est-ce que l’avenir nous réserve ? Les communes vont-tu faire un comeback ou les gens ronflent trop ? La question se pose.

Qu’est-ce que ça va être après ? Est-ce qu’un jour, on va découvrir que les gens sont trop émotionnellement investis pour élever leurs propres enfants, et que la parentalité serait plus efficace si personne n’élevait ses propres enfants ? La femme accouche, laisse le bébé là, quelqu’un·e arrive d’une autre pouponnière le lendemain avec un bébé random pis c’est celui-là que tu élèves. La généalogie pognerait une moyenne curve !

Peu importe comment on imagine la famille, les différents modèles, leurs défis, leurs atouts, une chose est certaine, les animaux ne seront jamais vos enfants ! C’est tout ! Cessez ce manège ! Des adultes avec des animaux qui ont du linge, ce n’est pas une famille ! Si ton chien n’hérite pas juste en joke, on pourra pas être ami·e·s. Ce n’est pas de la famille, car contrairement à celle-ci, les animaux, on les choisit !

À propos de Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Se connecter sans électricité

Texte | Nathaëlle Lemieux Photo | François Lemieux Cette année, puisque j’ai 11 ans, ma …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *