Passeurs de mémoire

Texte | Catherine Dumont Lévesque

Passeurs de mémoire propose de parcourir des régions du Québec en partant à la rencontre des familles qui les ont fondées et d’autres qui, établies par la suite, ont également joué un rôle déterminant dans le développement d’un territoire.

À la fois touristique et historique, mais aussi ludique et généalogique, l’expérience est originale et unique en son genre au Québec. En fait, la formule réinvente en quelque sorte l’expérience du circuit touristique puisqu’elle permet son déroulement à l’extérieur, sans guide-animateur·trice, en compagnie de ses proches. Parcours Fil Rouge a expérimenté son projet Passeurs de mémoire dans le Kamouraska, mais des projets d’expansion se préparent, notamment dans Charlevoix. Qui sait, peut-être que les morceaux du puzzle couvriront un jour plusieurs territoires du Québec ?

Passeurs de mémoire, et ses circuits en français et traduits en anglais (Trace My Roots), fait parler le territoire et rend visibles les marques du passé. Plus encore, l’expérience représente une occasion unique pour les amateur·trice·s de généalogie de se plonger dans le quotidien des ancêtres et de visiter les lieux de leur passage. Comme le mentionne Doris Girard, présidente de Parcours Fil Rouge : « Les traces tangibles, matérielles, comme la première terre ou la maison natale de l’ancêtre, donnent l’impression d’être près de lui. […] L’expérience du rapprochement physique d’un lieu d’origine mène à la rencontre de sa propre histoire. »

Les 24 circuits Passeurs de mémoire du Kamouraska sont introduits par une brève narration ; un récit auquel on a accès sans devoir consulter les archives. De plus, des capsules d’information, offertes gratuitement, proposent des repères documentaires (actes, registres, etc.) qui témoignent des métiers pratiqués ou de récits d’expérience.

Les circuits Passeurs de mémoire/Trace My Roots contiennent beaucoup d’informations inédites à propos des différentes familles de la région. Même pour une personne qui n’a pas d’ancêtres au Kamouraska, la visite historique en plein air vaut le détour. Elle renseigne sur l’identité des immigrant·e·s français·es, sur leurs motivations à venir s’établir dans le Nouveau Monde, sur la vie dans les basses terres au temps du régime seigneurial.

Passeurs de mémoire propose également un livre-guide qui évoque à grands traits les familles d’un module territorial. Le Kamouraska et la Grande-Anse est le premier titre de cette nouvelle collection historique des Éditions GID. L’expérience du Kamouraska inclut maintenant aussi la visite d’une dizaine de Marqueurs Familles signalant les terres ancestrales des familles présentées dans les circuits et un Mémorial qui repère les lieux de leurs sépultures.

Bien que toutes les familles aient une histoire unique, elles évoluent dans un contexte commun, sur un territoire souvent inhospitalier et proviennent parfois des mêmes régions de France. Leurs expériences sont semblables à celle de bien des colons qui ont dû survivre à une traversée périlleuse de l’Atlantique, à des conditions de vie difficiles et bien souvent au deuil de conjoint·e·s et d’enfants. Les stations des circuits du Kamouraska font parfois le pont entre les débuts de la colonie et le temps présent. Ces fenêtres sur le passé établissent des fils conducteurs entre le quotidien de nos ancêtres et le nôtre, mais aussi entre les différentes familles pionnières et leur nécessaire cohabitation.

À propos de Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Source d’énergie scolaire depuis 50 ans ! [Publireportage]

Texte | Collège Notre-DamePhotos | Jean-François Lajoie Le collège Notre-Dame, connu avant 2008 sous le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *