Accueil / Nos sens / L'Émotion / Notre école, une affaire de coeur

Notre école, une affaire de coeur

texte Natacha Blanchet, enseignante de 5e et 6e année et présidente du Syndicat des enseignants du Grand-Portage

Mutation, métamorphose, changement, évolution ont transformé l’école de notre siècle.

L’école d’aujourd’hui, une école humaine, une école adaptée à ses élèves, une école qui sans cesse se renouvelle. Depuis le début du millénaire, l’école a entrepris un virage important.

L’école d’aujourd’hui, quoique critiquée, se refait une beauté, se ravive dans plusieurs champs d’activités : culture, littérature, sport, éducation à la sexualité, sciences, mécanique, alphabétisation, usinage, éducation financière, électromécanique…

L’école-pansement apaise aussi pour pallier de nombreux manques : manque d’activité physique, manque de sécurité, manque d’encadrement, manque de lecture. Cette école fait bouger, danser, relaxer, profiter, déguster, écouter, méditer, manipuler, entreprendre…

Vous constatez cette métamorphose, cette transformation de notre école de multiples façons de faire selon le milieu.

Des jeunes et de moins jeunes adultes fréquentent leur centre de formation
professionnelle renouvelé, axé sur l’apprenant.e et ses besoins. Des jeunes et de moins jeunes adultes redécouvrent une école qu’ils avaient laissée avec des enseignant.e.s qui les amènent à se dépasser, à se renouveler, à se donner une seconde chance.

Des élèves côtoient quotidiennement leur école secondaire dynamisée. Tantôt par les arts, tantôt par le soccer, le tennis, la gymnastique, tantôt par la culture maraîchère, tantôt par la réutilisation de skis alpins dans la confection de meubles, tantôt par la technologie, tantôt par les arts visuels, tantôt par les voyages…

Des enfants de six à onze ans du primaire se rendent chaque matin dans leur école réconfortante, vivante. Cette école qui leur permet d’explorer, de se dépasser par le théâtre, le parlement étudiant, le hockey, la robotique, la peinture, le slam, l’entrepreneuriat…

Et finalement, les petit.e.s du préscolaire seront appelé.e.s, au cours de l’année scolaire, à développer l’amour de cette école par l’appropriation d’une multitude de projets. Cette école qui permet, à chacun d’entre eux, de se familiariser avec le monde scolaire en prenant soin de leur estime, en lançant des défis évolutifs, en les conscientisant à leurs apprentissages, en donnant du sens à leurs actions, en offrant des stratégies…

Cette école transformée l’est grâce à ses acteur.rice.s de première ligne qui en sont au coeur : les enseignant.e.s. Des enseignant.e.s passionné.e.s, talentueux.ses qui font de cette école ce qu’elle est avec un rythme, un respect des styles d’apprentissages.

Des enseignant.e.s curieux.ses, chaleureux .ses qui apportent les fondements de cette école adaptée aux générations Z et alpha.

Des enseignant.e.s dynamiques, dévoué.e.s qui créent cette école, cette transformation de la pédagogie axée sur le numérique.

Des enseignant.e.s consciencieux.ses, compétent.e.s qui rendent cette école intéressante et complètement centrée sur les apprentissages en adaptant le mobilier, l’éclairage, l’enseignement, les stratégies, les moyens.

Des enseignant.e.s résilient.e.s, conciliant.e.s qui cherchent des solutions, des façons de répondre, de développer la créativité des élèves.

Mais pouvons-nous réellement affirmer que l’école est en mutation ? Cette école réinventée a-t-elle, somme toute, toujours existé ? Les enseignant.e.s dynamiques et curieux.ses ontils. elles finalement toujours porté cette école ? Sans contredit, l’éducation s’avère une affaire de coeur et avec du coeur, tout a été possible, tout devient possible et tout demeurera possible.

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

La Anne en moi (Prix d’écriture Robertine-Barry)

texte Jade Purcell, élève de 5e secondaire, École polyvalente La Pocatière L’automne dernier, votre magazine …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *