Accueil / Nos sens / L'Émotion / Mon école, mon fleuve

Mon école, mon fleuve

jan44

Texte et photos par Caroline Jacques & Gervais Bergeron

 

Située à Rimouski, l’École du Grand-Pavois-de-Sainte-Agnès n’est pas une école primaire comme les autres. Ayant reçu le statut d’École Bleue en 2007 par la Fédération canadienne de la faune, il n’en fallait pas plus pour que l’ensemble de l’école, de la direction aux élèves, prenne l’engagement de protéger le fleuve Saint-Laurent et sa fragile biodiversité. C’est alors qu’une formidable aventure allait naître… un projet qui allait changer à tout jamais la façon de considérer le rôle de cette école dans le développement des citoyens et citoyennes de demain. Un projet monumental mijotait dans la tête d’un homme et allait bientôt prendre vie…

 

Cet homme, ce visionnaire, c’est Jean-Pierre Saint-Pierre, alors directeur de l’école, qui imaginait déjà sur la totalité des murs intérieurs de son établissement scolaire une fresque illustrant le fleuve Saint-Laurent, sa colonne d’eau et sa vie aquatique. « Pour penser à un tel projet, il fallait être fou, mais il me fallait d’autres fous pour réaliser ce que j’avais en tête », avoue en riant monsieur Saint-Pierre. C’est à ce moment que les événements se sont enchaînés à la vitesse grand V, permettant ainsi de croire en la réalisation du rêve d’un homme qui allait devenir celui de toute une communauté. C’est en mai 2014, sur le Roter Sand, navire-école d’ÉcoMaris, qu’il allait rencontrer l’artistepeintre Caroline Jacques. Une rencontre déterminante, le chaînon manquant vers la concrétisation de sa vision.

jan43

C’est en novembre 2015, soit presque un an et demi plus tard, que le projet put débuter grâce au soutien financier de plusieurs partenaires et du volet Une école accueille un artiste ou un écrivain, mais la tâche est ardue… Se joint donc à l’équipe un autre artiste, Gervais Bergeron, le conjoint de Caroline, un élément qui s’avérera essentiel tant le travail est colossal. Car pour bien comprendre le Projet Saint-Laurent/Mon école, mon fleuve, Caroline Jacques n’a pas besoin de se laisser convaincre… « C’est une murale peinte sur l’ensemble des murs et des casiers de l’école. C’est une oeuvre d’art de 900 pieds de long sur trois étages illustrant le Saint-Laurent, de sa surface jusqu’à ses fonds marins. C’est une fresque, qui au final, sera réalisée par plus de 700 enfants du préscolaire à la sixième année. C’est un livre ouvert sur sa biodiversité, c’est notre histoire maritime ! C’est un prix Essor, la visite de l’expédition Canada C3. C’est notre présence à Bio-Marine, c’est le prix du public et l’appui de la Fondation David Suzuki reçu en décembre dernier. Mais notre plus grande fierté, c’est l’appui de la communauté, du conseil d’établissement, de la commission scolaire, des commissaires, des entreprises, et surtout des enseignants et enseignantes qui croient au projet et l’assimilent à leurs activités pédagogiques. C’est un projet à 100 % autofinancé qui n’a engagé aucun financement de la commission scolaire ou des parents. C’est un plus dans une école, et ça, on en est très fiers. »

jan45

 

 

Caroline Jacques et Gervais Bergeron

sont un couple dans la vie. Un couple d’amoureux, un vrai!

par Florian Bernier

 

« On s’est rencontrés sur le tard, on aurait aimé se connaître avant, mais la vie étant ce qu’elle est, je crois qu’elle a bien fait de faire ça à ce moment », philosophe Gervais. Le couple travaille ensemble et multiplie les projets. La murale à l’École du Grand-Pavois-de-Sainte-Agnès, c’est eux. Jamais ils n’admettront porter ce projet à bout de bras ; ils préféreront parler de leurs collaborateurs, vanter les mérites du corps enseignant, parler de Guylaine Gasse et de Johanne Savard avec admiration, vanter les mérites de Mélanie Chénard et de Geneviève Couillard… parler du visionnaire qu’est Jean-Pierre Saint-Pierre, un directeur d’école pas comme les autres, devenu un ami précieux… C’est d’ailleurs ce qui est frappant quand on écoute Caroline et Gervais, leur rapport avec l’humain, avec leurs collaborateurs, toujours avec respect et une indéniable admiration… « On est des créateurs et des battants. La vie ne nous a pas épargnés et on est heureux d’être où on est… mais la plupart du temps, on est insérés dans une machine, une patente comme Gervais se plaît à dire, où fermer les yeux est souvent la meilleure façon d’y voir clair ! », rigole Caroline.

jan46

Gervais est auteur-compositeur-interprète et Caroline est artistepeintre, et ils avaient le besoin de travailler, de créer ensemble, l’aspect collaboratif était naturel. Il suffit de les rencontrer pour comprendre. C’est sans compromis, ils ne parlent pas, comme plusieurs, des deux côtés de la bouche… Ils sont vrais, avec leurs défauts et leurs qualités… « Nous aimons ce qui est vrai. C’est pourquoi nous priorisons la nature et l’environnement », ajoute Caroline Les artistes ont déjà trois livres d’art à leur actif. Bestial et Volage sont l’aboutissement de mois de juillet fort occupés; une toile et un texte par jour pendant trente jours avec vernissage-spectacle le 31e jour. Et Laurent, le renard sur le sentier du départ est un livre poétique pour petits et grands lecteurs. « On parcourt le territoire, on le respecte, en ayant toujours en tête qu’il ne nous appartient pas, qu’on doit le protéger. Écrire et peindre sur les animaux et les oiseaux de notre environnement est une belle façon de les faire connaître, de mieux les comprendre », insiste Gervais.

jan47

Les deux comparses ne manquent pas d’idées. Leurs livres ont donné naissance à deux spectacles où slams, musique et peinture en direct s’unissent pour faire vivre cet univers de création. Les gens qui y ont assisté n’ont qu’un mot en tête : complicité. Artistes engagés, Caroline et Gervais multiplient les projets dans les écoles. Ils considèrent que c’est la meilleure façon de changer les mentalités. Ils s’impliquent avec Les Insoumis, un groupe d’art en santé mentale rimouskois que Caroline et d’autres artistes ont fondé il y a quatre ans maintenant, et continuent de créer leurs propres projets en parallèle… Ouf ! « Notre vie artistique et humaine est bien remplie. Il nous arrive de chercher quelques heures supplémentaires dans une journée pour faire avancer plus vite certains projets, mais on est heureux ! C’est pas mal ça le plus important. » Les livres des artistes sont disponibles via Facebook sur la page Galerie Empreinte et Territoire, et le spectacle Volage sera présenté au Château Landry de Mont-Joli en mars prochain. Informations supplémentaires sur la page des artistes.

jan48

 

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Votre télé citoyenne !

texte Marie-Amélie Dubé photos Catherine Roy   Les abonnés de Vidéotron seront comblés dans les ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *