Accueil / Nos sens / La Réflexion / Mise à la porte de l’histoire

Mise à la porte de l’histoire

marie-amelie-dube

par MAD

 

Si vous étiez un grain de fromage « kwick kwick » dans une poutine et que vous n’aviez pas eu droit à votre juste part de sauce, vous crieriez au scandale ! « Eille, je suis aussi important que la patate et la sauce, je veux être mouillé ! » Pareil pour les croûtes au début et au fond du sac de pain. Elles sont les moins prisées de la gang, les laissées pour compte du gluten crew, parfois laissées trop longtemps au tragique destin de la pourriture, parfois jetées au bac brun ou parfois transformées en chapelure. Quel ingrat destin qui leur est réservé ! Quel rôle quand même ! C’est injuste, quand on y pense !
SOYONS SÉRIEUX !
Des drames invisibles que le quotidien garde sous le tapis en sortant de la maison. Des injustices vécues et observées au coin de la rue, dans la cour d’école ou au boulot. Des droits de la personne bafoués. Des devoirs non assumés. Des paroles tues, mises sous silence, flushées par le temps, par l’indifférence, par la jalousie, par on ne sait trop quel concours de circonstances.
« MA MISSION N’EST PAS UNE SOUMISSION. » Robertine Barry
L’Histoire avec un grand H regorge de ces silences, de ces erreurs, de toiles de fond déguisées, repeintes, transformées, effacées, réécrites, imagées. Parler trop fort, nager dans le sens contraire du courant, déranger l’ordre établi, c’est ce qu’a fait Robertine Barry. Et le destin qui lui a été réservé ? On l’a mis aux oubliettes. On l’a ignoré, on l’a mis de côté. Résultat : personne ne se souvient d’elle. Pourtant, ce fut certainement la première féministe du Québec. Fondatrice du Journal de Françoise, auteure et porteuse d’un discours prolibération de la femme, Robertine Barry, originaire de L’Isle-Verte, est une des grandes oubliées de notre Histoire.
« FINI D’INTERDIRE AUX FEMMES CE QU’ON PERMET AUX HOMMES. » Robertine Barry
À l’aide des écrits de Sergine Desjardins et après plusieurs mois de recherches et d’écriture, Paul Fortier du Théâtre populaire de L’Isle- Verte vous offre une portion de notre Histoire dans sa création théâtrale Robertine. Un effort de reconstitution historique mettant en scène Robertine (Stéphanie Pelletier) et l’archevêque Bruchési (Paul Fortier), dans une mise en scène de Denis Leblond. Ce sera à la Cour de circuit de L’Isle-Verte, les 27, 28, 29 juillet et 3,4 et 5 août. Voici de quoi le dossier principal de ce mois-ci sera composé ! Bonne lecture et allez voir la pièce !

 

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Nunavik : Histoires de tundra

textes Marie-Chloé Duval photo Jonathan Rose   14 jours Il y a 14 jours, jour ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *