Accueil / Nos sens / L'Émotion / Méditation Pleine Conscience, une histoire inspirante à Pohénégamook

Méditation Pleine Conscience, une histoire inspirante à Pohénégamook

texte Marie-Amélie Dubé | photos Catherine Roy

Avant les Fêtes, Fred Montplaisir, directeur chez Acti-Famille, m’envoie un article sur Facebook et me dit quelque chose comme : « Heille, lis ça, je suis certain que tu vas aimer. » Je ne prends même pas le temps de lire l’article, puisque j’avais entendu parler via les réseau x sociaux, et la campagne de La Ruche Bas-Saint-Laurent de ce fameux outil thérapeutique Éthos le lézard messager, créé par Édith Levasseur, enseignante à l’École St-David. La campagne de financement en novembre 2018 avait atteint 217 % de ses objectifs pour la création de l’outil afin qu’il soit partagé partout au Québec et que l’ensemble des enfants, enseignant.e.s et familles puisse en bénéficier. Résultat : en janvier dernier Catherine Roy et moi avons bravé la 289, au lendemain d’une tempête, quelle surprise, pour se rendre à Pohénégamook, plus précisément dans le secteur de Sully, à la rencontre d’enseignant.e.s, de membres de la direction, d’un conseiller pédagogique et des 45 élèves de l’École primaire Saint-David où, depuis 3 ans un projet pilote d’école en pleine conscience est implanté. Un véritable temple zen, bien évidemment il n’y avait pas d’encens au patchouli fumant ni de bambou kitsch dans des pots de raphia tressé !

Une aura de calme absolu émane des lieux. Sur les contremarches, en montant l’escalier pour accéder au premier étage, sont écrites des phrases telles « je suis reconnaissant » et « je suis positif ». Portées par ces mantras positifs nous avons rejoint les intervenants de l’école, en état d’accueil complet, tout sourire et ne laissant transparaître aucun signe d’impatience… nous avions 20 minutes de retard !

LA PLEINE CONSCIENCE : CONFIANCE EN SOI
Un programme de pleine conscience et de méditation nous avait été préparé par Édith Levasseur, dont les stratégies d’enseignement sont inédites et, pour le moins qu’on puisse dire, contagieuses !!! C’est d’ailleurs après cette rencontre que nous avons décidé de dédier un numéro complet de la Rumeur du Loup au système d’éducation. Nous entrons dans sa classe, où nous sommes convié.e.s à une première séance de pleine conscience. Une vingtaine de petits mousses sont assis bien calmement à leur pupitre. Madame Édith nous présente et leur demande s’ils se rappellent pourquoi nous sommes ici aujourd’hui… puis, le rituel commence doucement.

Qu’est-ce qu’on fait maintenant, comme à tous les jours, pour accéder à notre réserve de calme, activer votre bouclier antistress et faire le vide à l’intérieur de nous ? À main levée, les élèves répondent : « C’est l’heure de notre pause en pleine conscience ». « On s’installe… on se prépare à fermer les portes du monde extérieur. Ceux qui veulent se coucher sur leur pupitre peuvent le faire, ceux qui veulent fermer leurs yeux aussi. » Mégan, une élève nous explique que « ceux qui ne veulent pas faire la pause peuvent rester calmes et fixer un point. Si tu as besoin de bouger, tu restes discret. » Intéressant que chacun puisse choisir si oui ou non il pratique l’activité. L’enseignante rappelle aux enfants que la magie de la pleine conscience, c’est qu’il n’y a rien à « Réussir ! », répondent les jeunes en choeur.

Puis la vidéo sur la confiance en soi commence. Une voix douce et lente guide les jeunes dans leur posture, leur respiration et puis c’est part : « Tu sais, la confiance, c’est comme un muscle, plus tu l’entraînes, plus elle est grande. Concentre-toi sur ta respiration. Écoute ces phrases et si tu veux, tu peux les répéter dans ta tête pour toi. Je m’aime comme je suis, je suis courageux et je relâche la peur, je suis créatif, je suis génial, j’aime mon corps, j’ai confiance en la vie et je suis patient, le bonheur est toujours ici et maintenant, je ne crois les histoires dans ma tête que si elles sont utiles à mon bonheur, je cultive le calme et pratique la méditation pour muscler ma confiance. je suis fièr.e de moi, j’ai confiance en mes idées, je sais que je mérite la confiance, je peux toujours faire de mon mieux ici et maintenant. » Et ça continue.

Comme c’est impressionnant, touchant de voir le sérieux et l’implication de chacun. Et ce silence … Ouf ! « Remarque comment ces phrases agissent sur toi » et quelques phrases plus tard: « Quand tu es prêt, tu peux sortir de ta pause et ouvrir les yeux. » Les jeunes s’éveillent tranquillement et madame Édith leur demande comment ils se sentent. Ils répondent : « Je me sens en forme. », « Je me sens à l’aise. », « Je me sens calme. », « Je me sens fatiguée .»

Sur le mur, des affichettes avec chacune des stratégies, appelées « clés », à mettre en place au quotidien. Une amie nous partage qu’elle aime beaucoup la clé de la gratitude de SUPER G. Il l’aide parce qu’il dit « J’AI ». « J’ai une école, j’ai des amis, j’ai une famille, j’ai confiance. » Vraiment profond et touchant ! Émy, elle, aime l’oiseau moqueur. Celui qui est là pour nous juger, nous critiquer. « Ils l’ont appelé Tikili et quand il se présente, ils le reconnaissent : ” Hey Tikili, on sait que t’es là là “, explique Édith et ils apprennent à le chasser de leur tête ».

La pleine conscience a beaucoup d’impacts positifs chez mon fils Emric, âgé de 7 ans. Premièrement, il est en mesure de reconnaître ses émotions et ainsi de mieux les gérer. Quand l’émotion est trop intense, il prend le temps d’analyser et de réfléchir avant d’agir. Il se demande si c’est le choix du « bon » ou du « mauvais » loup. Il apprend à être une personne mieux dans sa peau et à voir la vie positivement, grâce à des changements de perceptives, de pensées. Par exemple, il me dit : « je change ma médaille de côté » ou bien « je change d’étiquette ». Il prend conscience des émotions des autres personnes autour de lui. Il est capable de reconnaître ses tords, de s’excuser et de faire un geste réparateur logique. L’école est beaucoup plus plaisante parce que l’apprentissage n’est pas basé sur la compétition. Ils apprennent à accepter l’aide et à aider leurs amis lorsqu’ils comprennent plus facilement. C’est merveilleux de voir que tout le monde s’entraide. Il est capable de se calmer grâce aux techniques de respiration. Il se sent en sécurité, en confiance dans sa classe. Il est ainsi davantage en mesure de mieux se concentrer en classe.

Vicky Fortin

Même les membres de l’école, la directrice et le directeur adjoint, le conseiller pédagogique et d’autres enseignants ont participé à la courte méditation sur la confiance en soi avec nous. Quels modèles positifs ! Totalement inspirant ! « Ce qui fait la force de ce projet, c’est que tout le monde y croit », rapporte Édith.

LA BOUGIE QUI RÉCHAUFFE
Nous nous sommes ensuite dirigé.e.s vers les maternelles. La méditation de la bougie est celle choisie ce matin, pour se réchauffer. L’enregistrement commence et, naturellement, les jeunes de 5 ans suivent le guide vocal. « Colle tes deux mains ensemble et amèneles prês de ton visage, replie et croise tous tes doigts sauf les index, de cette façon tu as ta bougie. Imagine que tes index sont comme une bougie allumée d’un petit feu. Tu inspires et tu permets à la flamme de grandir, puis tu lèves tes bras en même temps que tu inspires et expires en redescendant les bras pour vider tout l’air de ton ventre. Faisons-le ensemble… inspire en montant la bougie au ciel et tu expires à ramenant la bougie devant le visage… une autre fois… tu expires en dégonflant ton ventre. Inspire une dernière fois et en expirant souffle la bougie et ouvre les yeux. » « Ça m’a permis de respirer », répond une des fillettes du groupe à son enseignante », « Ça nous aide à nous calmer », ajoute une autre. Tant de conscience dans de si petits corps ! C’est déroutant !

LA MÉDITATION SONORE AVEC MANDALAS
On poursuit notre pèlerinage dans la classe de madame Sylvy, l’enseignante de 2e année qui se prépare à l’activité de musico-détente, que mme Édith appelle de son côté la magie des sons. Intéressant que chaque intervenant puisse nommer comme il le désire l’intervention pédagogique. Lors de cette activité, ils mettent à l’avant-plan l’éloge de la lenteur. Les élèves sortent leurs crayons de couleur et un mandala ou un labyrinthe et se laissent guider par la musique.

LA CAPSULE FOCUS-TONIQUE : SORTIR LES ÉNERGIES
C’est bientôt l’heure de la récréation. Il est donc temps de réveiller le corps, stimuler le guerrier, diminuer la tension et faire sortir les énergies négatives. C’est une séquence dynamique !!! Les jeunes de toute l’école se rassemblent avec monsieur Super X à l’écran. Ils sont tous debout et vont se défouler en faisant des X en montant les bras tout en inspirant et en les descendant rapidement en expirant. La routine fait faire ce mouvement une dizaine de fois et décidément les élèves en raffolent !!! Ça sourit ! Ça rit ! Loin d’être une torture !

Mon William est un petit garçon très énergique et à la fois très anxieux. Dès le début des pratiques de technique en pleine conscience, j’ai vu des changements chez William. Nous utilisons la méditation à la maison depuis et c’est souvent lui qui le demande. Il prend une pause pour se recentrer, se calmer lorsqu’il sent que ça bouge trop à l’intérieur de lui. Parfois, c’est moi qui lui demande, à lui et à son grand frère. C’est une excellente méthode pour les aider à revenir au calme ou pour se concentrer. Merci pour tous ces beaux outils, nos enfants ont de la chance d’avoir une école en pleine conscience !

Nellie Levasseur

LES RETOMBÉES
La passionnée d’approche innovante pédagogique a écrit un livre intitulé Le filet magique. Une histoire remplie d’humour qui apprend aux enfants un moyen simple et efficace d’apaiser la colère. C’est le premier de sa collection Impact pleine conscience. « L’idée de créer cet outil thérapeutique concret m’est venue après l’observation des nombreux bienfaits obtenus par l’application de diverses stratégies d’apaisement et de gestion des émotions dans le cadre de mon travail d’enseignante et également dans le quotidien de mes propres enfants. La réalité du monde actuel fait en sorte que les enfants d’aujourd’hui sont souvent plus stressés, dispersés et anxieux. Vivant dans un monde hyperconnecté, ils ont besoin d’outils et de moyens concrets pour se connecter à toutes les ressources qu’ils ont en eux afin de mieux gérer leurs émotions », m’explique Édith Levasseur.

Elle a aussi créé et développé un outil unique et concret aidant les enfants dans la gestion parfois difficile de leurs émotions. « Éthos, le lézard messager », dont je mentionnais l’existence en intro de ce texte, aide l’enfant à reconnaître et écouter les messages précieux véhiculés par ses émotions et l’invite à adopter des rituels bénéfiques.

POUR LA SUITE DU MONDE
Ce qui est mis en place dans cette école est EXTRAORDINAIRE et mérite HAUTEMENT d’être transféré dans tous les milieux d’enseignement du Québec, au primaire ET au secondaire. Et pourquoi pas, dans une version adaptée, dans les milieux de travail et dans les familles. Nous vivons dans un monde où tout se déroule à un rythme effréné telle une course qui nous traverse le corps et l’esprit. Le besoin de s’arrêter pour se ressourcer, entrer en soi et s’ancrer dans une démarche réflexive personnelle est omniprésent.

La méditation est une nourriture spirituelle qui aide définitivement à s’ancrer dans le moment présent et à ralentir le hamster pour repousser, accepter ou accueillir autrement la pression constante des tâches qui s’empilent sur la to do list de la journée. Le projet mis en place par Édith Levasseur est définitivement mon coup de coeur du mois. Soutenir les jeunes dans le développement d’outils leur permettant de s’autogérer et de calmer leurs émotions me semble être une instruction bénéfique à un haut niveau pour l’avenir de ces jeunes. Un bagage qu’ils porteront toute la vie durant. Cet ajout complète à merveille l’apprentissage global que le système scolaire devrait mettre en place pour préparer les jeunes pour leur avenir.

L’approche par compétences cherche à mobiliser des connaissances, des stratégies cognitives et métacognitives, puis des attitudes. Ce sont les fameux savoirs, savoir-faire et savoir-être. L’implantation d’un programme de pleine conscience me semble être une première proposition complète pour agir sur le savoir-être qui agira comme un effet domino sur les conditions favorables à un meilleur développement des savoirs et savoir-faire.

« Ce qui fait la force de ce projet c’est que tout le monde y croit. »

Bravo à tous les intervenants de l’École Saint-David qui ont soutenu Édith dans son projet, vous êtes extra ! Bravo à la Commission scolaire du-Fleuves-et-des-Lacs d’y croire ! Édith… ce cadeau que tu offres tous les jours à ces enfants, à tes collègues, à ces familles, à ta communauté… c’est définitivement un des plus beaux swing-bolo que j’ai vu ! C’est tout à ton honneur ! Bravo et merci de ton ouverture, de ton accueil, dans tous les sens du terme. Inspirer les autres, c’est les pousser à eux-mêmes devenir inspirant. Quel magnifique leg humain et sain !

MERCI !

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Sculpter le temps

Texte Sara Dumais-April En 1995, le Concours intercollégial de sculpture sur neige du cégep de …

Un commentaire

  1. Colomba Veilleux

    Je. Suis fière de votre équipe…quel beau. Cadeau pour.ces jeunes…Felicitationsssss et que.ca continue…je vais pratiquer moi même

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *