Martine à la découverte des organismes communautaires : Rompre l’isolement et demander de l’aide

Texte | David Rouleau, intervenant social pour le Centre Prévention Suicide du KRTB
Illustration | Anissa Richard

Martine contacte le Centre Prévention Suicide du KRTB (CPS du KRTB) suite à une visite sur la page Facebook de l’organisme. Elle discute avec David, intervenant social au CPS. Martine est très inquiète pour Jacques, le conjoint de sa tante adorée, Brigitte. Ce dernier a une maladie dégénérative : la sclérose en plaque. L’homme en question perd de plus en plus son autonomie et, au cours d’une soirée familiale,  il a verbalisé vouloir se suicider. Jacques mentionnait être devenu un fardeau pour sa conjointe et ses proches.

Martine ne sait plus quoi faire face à de tels propos. David lui offre de contacter Jacques. Si ce dernier accepte le soutien individuel, il pourra avoir un suivi téléphonique et/ou des rencontres face à face, de façon régulière. Le contact pourrait se faire très rapidement, ce qui enchante Martine. Cependant elle est craintive de sa réaction, car il sera fâché qu’elle ait « brisée le secret ». David rassure Martine en lui expliquant que cette crainte est fréquente quand un proche fait une référence au CPS du KRTB. Il lui explique qu’il dira simplement que la demande vient d’une personne qui tient à lui et que le tout est confidentiel. Après quelques minutes de discussion, Martine accepte que la relance soit faite.

Par le fait même, l’intervenant informe Martine que le CPS du KRTB lui offre aussi un soutien individuel au besoin. En tant que proche côtoyant une personne ayant des idées suicidaires, Martine a le droit aux services du Centre. Celle-ci accepte le soutien avec enthousiasme, car elle a beaucoup de questionnements à ce sujet :

  • Comment réagir quand un proche nous fait ce genre de confidence?  
  • Qu’arrive-t-il si la personne suicidaire doit être hospitalisée ?
  • Ces confidences sont très lourdes à porter, que puis-je faire pour prendre soin de moi?

L’offre va de même pour sa tante Brigitte, celle-ci doit vivre quotidiennement avec cette réalité. Martine est heureuse que sa tante puisse aussi avoir du soutien, car sa tante lui a confié que si son mari passait à l’acte, elle se sentirait responsable de son suicide.

Martine a vu une publicité sur le groupe de soutien du CPS pour les personnes endeuillées par suicide, elle demande des précisions à ce sujet. David lui explique le fonctionnement de ce service. Il s’agit d’un groupe de soutien qui dure environ 2 mois, à raison d’une rencontre par semaine et ce, d’environ 2 heures à chaque fois. Il y a une présélection qui vise à valider si la personne est prête à discuter de son deuil avec d’autres personnes ayant vécu le même drame. Si une personne n’est pas prête ou si celle-ci ne désire pas ce type de service, il y a toujours la possibilité de travailler le tout de manière individuelle. David informe Martine que la relance téléphonique sera faite auprès de son oncle, aujourd’hui même.

Martine interroge aussi David sur la formation Sentinelle qu’offre le CPS du KRTB. Elle se demande combien cela lui en couterait. L’intervenant informe Martine que tous les services offerts sont gratuits, de même que cette formation. Le CPS du KRTB offre aussi de se déplacer si cela peut arranger les participant.e.s. La formation est d’une durée de 7 heures et peut être offerte en demi-journée si cela peut les accommoder. L’important, c’est d’avoir au minimum 8 participant.e.s.

Martine contactera le CPS du KRTB après avoir discuté avec sa tante. Elle se dit heureuse, car elle se sent maintenant moins seule dans cette situation qui lui semble un vrai casse-tête. Elle peut maintenant compter sur des intervenant-es qui ont de l’expérience avec ce genre de problématiques.

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Laura Chénard – Entrevue [Balado]

Laura Chénard, agente de communication et marketing pour Rivière-du-Loup En Spectacles, nous parle du retour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *