Martine à la découverte des organismes communautaires – Des mots au-delà des maux

Texte | Mary-Ann Thériault, formatrice en alphabétisation au Centre d’apprentissage Clé et Vicki Levesque, intervenante sociale au Projet Filet
Illustration | Anissa Richard

Depuis qu’elle a décroché de l’école secondaire, Lucie, la sœur de Martine, éprouve de la difficulté à lire et à écrire. Elle vit dans la honte et se sent responsable de sa situation et cherche à la cacher. Elle pense qu’elle est la seule au monde avec ce problème. Elle a souvent développé des stratégies surprenantes pour se débrouiller. Elle est très dépendante de son entourage et de sa sœur en particulier qui l’aide beaucoup à remplir ses formulaires et à rédiger ses lettres. Un jour, Martine lui parle du Centre d’apprentissage Clé de Saint-Cyprien qui offre des activités d’alphabétisation populaire gratuites à des personnes vivant les mêmes difficultés qu’elle. Lucie décide, avec une certaine hésitation, d’appeler cet organisme. Dès la semaine suivante, on lui propose une visite des lieux et on lui présente le personnel qui lui explique qu’elle peut apprendre à son rythme et selon son niveau. On l’invite également à un atelier ponctuel d’écriture et de lecture avec le groupe en place.

Après réflexion, Lucie décide de s’inscrire régulièrement aux ateliers de français. Elle se sent respectée et comprise dans sa situation puisque les ateliers répondent à ses besoins. Aucune pression n’est exercée sur Lucie et elle est libre de venir aux ateliers quand elle le souhaite. Après quelques mois, elle s’inscrit même à un cours d’informatique pour débutant dans le but d’apprendre à utiliser un ordinateur portable. Et la voilà inscrite sur Facebook et elle adore recevoir des nouvelles de ses ami-es et de ses proches. Petit à petit, elle se forge un nouveau cercle d’ami-es pour briser son isolement. Martine, sa sœur, la soutient dans sa démarche.

Elle découvre que, au Centre d’apprentissage Clé, on a la possibilité de participer à différentes activités dont des ateliers d’alpha-cuisine, de la gym-cerveau, du mandala et de jouer à des jeux sur ordinateur. Lucie assiste à sa première assemblée générale et elle aide le groupe alpha au montage du journal « Un ptit Brin de savoir ». Les ateliers d’alphabétisation lui permettent de développer plus d’autonomie et les outils nécessaires pour avancer…un pas à la fois !

Au fil du temps, voyant sa mère reprendre confiance en elle grâce à sa participation aux activités du Centre d’apprentissage Clé, Julia, la fille de Lucie, a envie, elle aussi, de se prendre en main.

Julia a 18 ans et travaille actuellement à temps partiel dans une boutique de vêtement. Elle aime la mode, mais vendre des vêtements ne la satisfait plus vraiment, elle rêve du jour où elle éprouvera du plaisir à se lever le matin pour se rendre à son travail. Dans le passé, Julia avait beaucoup de difficulté à l’école et c’est lorsqu’elle a commencé à consommer que tout a vraiment dégringolé et qu’elle a fini par décrocher. Malheureusement, quelques années plus tard, sa consommation est toujours importante et elle aimerait obtenir de l’aide à ce sujet.

Lors d’une conversation avec Martine, Lucie mentionne que sa fille a effleuré l’idée d’un retour aux études, mais que ce projet lui semblait irréaliste. Martine s’est alors souvenu d’avoir entendu parler du Projet Filet, un projet de persévérance scolaire pour des jeunes qui souhaitent reprendre leurs études et travailler sur des problématiques personnelles qui les ont empêché de persévérer dans leur vie. Le Projet Filet soutient les jeunes dans leur retour progressif aux études au Centre d’éducation des adultes de Rivière-du-Loup à raison de 14 heures par semaines et les 16 heures suivantes sont consacrées au travail de groupe et à des ateliers portant sur l’estime de soi, ce qui semble répondre aux besoins de Julia. De plus, elle pourra aussi faire un processus d’orientation pour mieux se connaître et choisir une formation et un métier qui lui plaira à long terme. L’accompagnement soutenu des deux intervenantes du Projet Filet pourra aussi aider Julia à reprendre confiance en elle et à aller chercher de l’aide pour les problématiques qui l’empêchent de persévérer. Après avoir rencontré l’équipe du Projet Filet, Julia se sent prête à investir du temps et de l’énergie dans son avenir. Son retour aux études au Projet Filet la rassure, car elle sait qu’elle se retrouvera dans un milieu soutenant.

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Laura Chénard – Entrevue [Balado]

Laura Chénard, agente de communication et marketing pour Rivière-du-Loup En Spectacles, nous parle du retour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *