Marko Tonich – Photo-roman, moto et lilas

Texte – Marie-Amélie Dubé

Parmi les huit artistes sur la programmation de PAR ICI, c’est définitivement le nom de Marko Tonich qui a le plus attiré mon attention.

Je trouve d’abord que son prénom et nom sont de la bombe! C’est pas compliqué, cette dénomination à elle seule comporte vraiment beaucoup de personnalité, de potentiel sonore avec ces accents de hauteur. Comme une composition de musique industrielle. Ça me semble une appellation qui a elle seule prédestine quelqu’un·e à être un artiste. Mais bon. Ce serait beaucoup trop déterministe de donner tout le crédit des oeuvres d’un artiste à son nom. Haha! Vous comprenez!

Photo-roman, moto et lilas

La ferme et la Maison Rioux, sont des emplacements bucoliques par excellence, du secteur sud-ouest du parc, pour se poser quelques minutes, voire heures et contempler cette nature réconfortante.

Entre aller au musée et aller au Parc national du Bic, un jeudi après-midi chaud et ensoleillé de juin, le choix est simple. Ou c’est plutôt le concept des résidences d’artistes PAR ICI qui est judicieux. Appelons un chat un chat. C’est là que Marko Tonich observe l’Homo sapiens dans son habitat sauvage et que par un procédé semblable au mimétisme, va donner vie à son personnage, le Bonhomme BSL, dans un photo-roman disponible à la fin de la résidence.

Devant la Maison Rioux, une rutilante moto, celle du Bonhomme BSL, s’offre en contraste à l’avant-plan du paysage verdoyant de marée basse, de lilas en fleurs et de bardeau ancestraux. Stratégie pour vous attirer? À vous de voir! Le personnage à salopette au visage imprimé de bleu attire plutôt la sympathie. Son sourire naïf et figé dans le carton s’apparente à celui d’un certain bonhomme de carnaval…

Est-ce une satire de la société de loisirs ou une mise en abîme du comportement humain enclin à se mettre en scène partout? À vous de voir, en feuilletant le photo-roman disponible à la Maison Rioux tout l’été, quel sera l’effet!

photo JHAPhotographie

Marko Tonich a été en résidence de création du 12 au 21 juin. Le résultat de son projet sera mis en vente en ligne sur markotonich.com. L’artiste a suivi des études universitaires au baccalauréat en design industriel, puis en philosophie. Il a également une maîtrise en arts visuels de l’Université Laval. Il s’intéresse davantage dans sa pratique à la sculpture qu’il a exploré de manière autodidacte.

Marko Tonich explore à travers ses oeuvres une double lecture du concept de nature humaine. En l’abordant à la fois comme spécificité de l’humain et comme une « nature » qui serait de création humaine, il propose des oeuvres qui désirent témoigner de notre situation particulière et commune aux objets de ce monde.

Sa démarche économique se propose quant à elle comme un commentaire, une critique et une action sur le marché de l’art, sur l’accessibilité des oeuvres et sur la nécessité alimentaire de s’en entourer.1

1markotonich.com/Bio_demarche_phase_1

Extrait du photo-roman

© Marko Tonich, Sans titre, 2021
© Marko Tonich, Une drôle de sculpture, 2021

À propos de Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Source d’énergie scolaire depuis 50 ans ! [Publireportage]

Texte | Collège Notre-DamePhotos | Jean-François Lajoie Le collège Notre-Dame, connu avant 2008 sous le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *