Accueil / Nos sens / La Réflexion / L’intégration facile en résidence – 5 étapes

L’intégration facile en résidence – 5 étapes

Rencontre avec Gaétane Fillion | texte Catherine Gallant

 

Gaétane Fillion e st e mménagée à l ’âge d e 64 ans en résidence pour aînés, quand elle a vu son autonomie la lâcher peu à peu. Contrairement à plusieurs, elle avait l’occasion de choisir l’établissement où commencer cette nouvelle étape. Ce choix qu’elle a fait, en août 2016, d’emménager à la résidence Le Saint-Louis de Rivière-du-Loup aurait été difficile pour plusieurs. Heureusement pour elle, le processus s’est fait rapidement. Elle était prête pour cette nouvelle étape. La nouvelle résidente s’est finalement bien intégrée dans cette nouvelle vie et elle partage avec vous ses trucs et astuces pour y parvenir.

 

1. BIEN CHOISIR
La nourriture
Il faut évaluer les services offerts dans chacun des établissements. La nourriture est importante dans le choix d’une résidence, et madame Fillion l’a compris. Son choix final s’est fait grâce au repas qu’elle a dégusté et qui a fait chavirer son coeur pour Le Saint-Louis. Il est possible d’essayer les repas dans les résidences, car n’oublions pas que, maintenant, ce sera cette nourriture qui remplira nos vies.
Le coût
Les résidences privées peuvent être chères et paraître inaccessibles pour plusieurs. Un magasinage s’impose donc. Chacun des établissements a ses particularités et offre des services différents. Prendre compte de l’offre de services et sélectionner celle qui correspond à nos besoins peut permettre de payer moins cher et d’économiser. À certains endroits, il est possible de créer son forfait de services.

 

 

2. EXPLOITER SES PASSIONS
La résidente peut remercier la technicienne en loisir qui a su rejoindre sa passion des livres et qui a facilité son intégration dans son nouveau milieu de vie. Ayant été bibliothécaire pendant plusieurs années à L’Isle-Verte, madame Fillion a mis sur pied la bibliothèque de la résidence. Pour d’autres, on pourrait y voir la pratique de sports ou la participation aux activités sociales.

 

3. S’IMPLIQUER
Après la construction de la nouvelle bibliothèque, madame Fillion s’est aperçue que les résidents, tout comme elle, aimaient faire des casse-têtes. Elle a donc pris l’initiative de faire la demande pour agrandir la collection de la résidence, ce qui a plu à plusieurs. Son implication lui a permis de découvrir des intérêts communs avec certains de ses voisins.

 

4. CRÉER DES RELATIONS
Même si elle est dans les plus jeunes de la résidence, madame Fillion a su se lier d’amitié avec plusieurs personnes. En apportant de l’aide et en accompagnant ses voisins, elle a pu faire de nouvelles connaissances. C’est avec certaines de ses habiletés et aptitudes qu’elle s’est créé son réseau d’amis.

 

5. SAISIR CHAQUE OCCASION
Que ce soit les sorties au restaurant organisées par la technicienne en loisir, le bingo ou encore le transport offert par la résidence, madame Fillion saisit chaque occasion pour sortir et s’occuper. Se tenir occupée rend les journées moins longues et crée de beaux souvenirs avec les autres résidents.

 

Les personnes âgées ont toujours été mes amis. Mon intérêt envers cette clientèle est toujours grandissant. Avec ce projet, j’ai découvert une nouvelle manière d’intervenir auprès d’eux et ça me plaît. J’aime l’approche individualisée et le contact qu’elle permet de créer avec le participant beaucoup plus que les interventions de groupe qui sont souvent impersonnelles. – Catherine

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Le travail autonome : Petite idée deviendra grand projet de vie !

texte Sylvain Dionne | Conseiller en communication, travailleur indépendant depuis 1999 Certaines personnes le sont …

Un commentaire

  1. Chère Gaétane, quel plaisir de voir ton visage souriant dans cette publication. Je t’ai toujours connue aimante et tu le demeureras toujours, je n’ai aucun doute. Cette passion commune des livres qui nous habite nous protège de l’ennui et de la suffisance. Comme dans la chanson, l’ouverture de l’esprit n’est pas une fracture du crâne… et je me permets d’ajouter, facilite l’ouverture du coeur.

    Je vais aller te voir bientôt. J’aime l’idée que tu habites pas loin de chez-moi.

    Merci à Catherine Gallant et à la Rumeur du loup, notre indispensable magazine!

    Élisabeth Dionne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *