Accueil / Nos sens / La Réflexion / L’immigration est-elle la solution?

L’immigration est-elle la solution?

Par Karine Malenfant et Hugo Dubé de la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup

 

Qui aurait dit il y a quelques années que le plein emploi serait un problème à la croissance économique de notre région ? La difficulté de recruter de la main-d’oeuvre vécue par les entreprises depuis quelques années n’ira qu’en s’accélérant si aucun changement majeur ne survient. Selon certaines sources, le nombre d’emplois à combler pour la MRC de Rivière-du-Loup serait de plus de 300. Pour un territoire de 35 000 habitants, il s’agit d’un enjeu d’importance. L’économie canadienne va très bien, elle connaît même une forte croissance depuis quelques années. Cependant, la problématique de la rareté de main-d’oeuvre pourrait avoir des contrecoups importants à moyen même à court terme, d’autant plus que le problème n’est plus seulement pour les postes hautement qualifiés. Il est partout, autant dans le domaine de la restauration que dans celui de la transformation alimentaire que dans celui des transports ou de la métallurgie… Être attractif pour recruter des ressources en provenance des autres régions du Québec est une solution, mais il faut être réaliste. Le problème de rareté de main-d’oeuvre n’est pas uniquement propre à notre région. Il s’agit d’un enjeu pour la majorité des régions du Québec et des grands centres. En recrutant seulement au Québec, les entreprises ont un peu l’impression de se « cannibaliser » entre elles. Il faut donc trouver un ensemble de solutions permettant d’allier quantité et qualité de la main d’oeuvre en fonction des besoins.19

fev22

VOLONTÉ POLITIQUE
Pour que l’immigration soit une solution viable, il est important qu’il y ait une volonté de nos politiciens et qu’une stratégie soit déployée. Bien évidemment, on pense tout d’abord à un allègement de la lourdeur administrative et un travail concerté des gouvernements fédéral et provincial. Il est important que cette stratégie implique les régions. D’ailleurs, lors d’une allocution devant les membres de la Chambre de commerce en novembre dernier, le ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, David Heurtel, a mentionné la volonté de son gouvernement de régionaliser l’immigration. Concrètement, qu’est-ce que cela implique ? Avoir des ressources pour appuyer les immigrants dans leurs démarches d’intégration tant en emploi que dans leur nouveau milieu de vie. La région de Rivière-du-Loup a déjà une longueur d’avance puisque depuis 15 ans, le CLD offre un service d’accompagnement personnalisé en immigration tant auprès des entreprises que des migrants.
CONNAÎTRE NOS BESOINS
Il est essentiel de connaître les besoins et les profils d’employés recherchés par les entreprises. Une fois le tableau brossé, il faut mettre en évidence les dénominateurs communs et réaliser une stratégie de recrutement et d’intégration commune. Les entreprises doivent se doter d’outils de recrutement et d’intégration performants : des descriptions de poste claires et calquées sur les réalités du marché de l’emploi, des conditions de travail alléchantes et concurrentielles, etc.
RECONNAISSANCE DES ACQUIS
Trop souvent, des immigrants occupent des postes bien en deçà de leurs compétences à cause de la difficulté de faire reconnaître les diplômes acquis dans leur pays d’origine. Faciliter la reconnaissance des acquis est un élément clé afin d’aller chercher des ressources qualifiées et diversifiées.

fev21
ACCEPTABILITÉ
L’enjeu majeur à l’immigration en région est l’acceptabilité par la population locale à cette venue de masse de communautés culturelles étrangères. C’est avec ouverture d’esprit et en prêchant par l’exemple que nous faciliterons l’adhésion de nouveaux arrivants aux valeurs et à la culture de notre région. Parmi les actions concrètes d’accompagnement afin d’éviter l’isolement et le regroupement par communauté de ces ressources, le parrainage par des ambassadeurs locaux et formés pourrait être une solution intéressante tant pour le nouvel arrivant que pour le « natif ». Pour vivre et s’intégrer dans notre région, la francisation est un incontournable. Encore là, Rivière-du-Loup est bien outillé avec les différentes maisons d’enseignement.
EN CONCLUSION
L’immigration est l’une des solutions à la problématique de rareté de main-d’oeuvre. Afin de contrer les effets négatifs qui se font déjà sentir sur le plan économique, il faut poursuivre les bonnes pratiques déjà en place tout en les appuyant par de nouvelles mesures assurant ainsi la venue et la rétention de nouveaux employés. Avec une stratégie concrète, une concertation des différents acteurs en employabilité, un engagement des entreprises et une volonté politique, la région de Rivière-du-Loup fera bonne route vers une immigration pérenne.

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

L’Occident-Express

Rencontre avec M. Jean-Baptiste | texte Ève Feron   Il y a des métiers un peu ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *