Les violences systémiques

Texte | Table de concertation des groupes de femmes du Bas-Saint-Laurent
Projet Bas-Saint-Laurent : Terre d’égalité
Image d’en-tête | geralt de pixabay.com

Au Québec, le mouvement des femmes a été fortement influencé par la lutte de l’élite bourgeoise blanche pour l’obtention du droit de vote des femmes. L’analyse féministe se basait alors sur le fait que notre société repose sur des rapports de domination des hommes sur les femmes, ce qui crée des inégalités. En d’autres mots, elles dénonçaient le patriarcat.

Ces rapports de domination basés sur le sexe se manifestent autant dans la sphère publique que dans la sphère privée. Les hommes détiennent l’autorité et exercent le pouvoir et le contrôlent dans tous les domaines. Les femmes sont davantage confinées au rôle de subalternes. Les filles et les garçons apprennent des notions culturelles et sociales différentes. On se souviendra de la célèbre phrase de Simone de Beauvoir : « On ne naît pas femme, on le devient. » La différence sexuelle devient différence de genre, car on conditionne différemment les garçons/hommes et les filles/femmes. La société attend des femmes qu’elles soient obéissantes, douces, conciliantes, soumises, belles et sexy, et des hommes qu’ils soient forts, virils, compétitifs, affirmés et ambitieux.

Malgré les nombreuses avancées pour réduire les inégalités et « dégenrer » les rôles sociaux, ceux-ci sont encore très présents dans la socialisation des filles et des garçons et sont entretenus par les institutions en place.

Mais au fil des années, le mouvement des femmes a évolué, s’est diversifié, et certaines femmes l’ont critiqué et questionné. Plusieurs d’entre elles ne reconnaissent par leur réalité et se sentent exclues. Depuis plusieurs années et plus intensément depuis le début du 21e siècle, l’analyse féministe inclut une plus grande compréhension de la complexité de la croisée des oppressions. Il n’y a pas que l’appartenance au sexe (patriarcat) qui opprime les femmes. Les intérêts de classe (classisme), l’origine ethnoculturelle (racisme), l’orientation sexuelle (hétérosexisme), l’âge (âgisme), le handicap (capacitisme) et autres le font également. Tous ces « ismes » sont des systèmes d’oppression qui sont à la racine des inégalités sociales. Ce sont eux qui définissent l’organisation de la société, les rapports de pouvoir, ce qui est la norme et ce qui ne l’est pas. Ces systèmes peuvent être présents et interagir sans que l’un prime sur l’autre dans la vie des femmes. Ils mettent en place des expériences particulières d’oppression et de privilège qui engendrent les violences systémiques.

Les notions de privilège et d’oppression sont au cœur des violences systémiques. Au sein du système patriarcal, le privilège des hommes peut leur donner le droit d’opprimer les femmes jusqu’à les violer, utiliser leur corps comme objet sexuel, excuser les inégalités salariales. Le privilège des Blancs sur les personnes racisées permet le profilage, les emprisonnements illégaux. Le privilège des personnes hétérosexuelles autorise l’homophobie, la transphobie. Il en va de même pour tous les autres systèmes qui donnent des privilèges aux un·e·s et l’oppression aux autres. Dans ces systèmes où les rapports sociaux sont basés sur les notions de privilège et d’oppression, les institutions mises en place reproduisent les inégalités de traitement. La mort de la femme autochtone Joyce Echaquan à l’hôpital de Joliette, les acquittements successifs des procès pour agressions sexuelles et la mort de Georges Floyd en sont des exemples concrets liés à l’actualité.

À propos de Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Vigile et Une colonie, deux coups de cœurs

Texte | Raphaëlle Hamel Je ressors du festival « Vues dans la tête de Jeanne Leblanc » avec deux coups de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *