Les Louanges : Paroles et interprétations

Texte | Loïc Lafrance

En entrevue avec Les Louanges (Vincent Roberge), on fait l’analyse des paroles de ses chansons en comparant sa perspective à l’analyse d’enfants du terrain de jeux hivernal de Saint-Modeste (5 à 12 ans). Une balado complete de l’entrevue est disponible en ligne sur le site web de la Rumeur dans la section balado.

1- Tercel : C’est pas la fin du monde me semble même si on y arrive pas à la fin d’la semaine.

Émile (10 ans) : Ça veut dire comme… Quelque chose où on est pressé mettons là… On va y arriver à moment donné! Mettons que t’es pressé le matin pis qu’tu cherches ton téléphone, bin tu vas finir par le trouver.

Vincent : L’idée de ne pas y arriver à la fin d’la semaine, normalement c’est plus côté monétaire, mais tout c’que t’essaies d’entreprendre, si ça marche pas cette semaine, on ira faire un tour de char!

2- Jupiter : Les règles sont assez claires, plus c’est crié fort, plus vrai ç’a l’air.

Léa-Rose (8 ans) : Il faut respecter les règles!

Émile (10 ans) : Si c’est dit avec intensité ça a l’air plus vrai que si c’est dit comme : Regarde il y a un orignal là-bas (dit sans conviction), alors que si tu dis : REGARDE Y’A UN ORIGNAL LÀ-BAS, ça a l’air plus réaliste.

Vincent : C’est c’qui est cool à écrire des tounes, c’est libre d’interprétation! J’sais pas encore tout à fait c’qu’elle veut dire cette chanson-là, pour être franc-là (rires). Mais ce boute-là c’est un peu pour parler du discours ambiant, le fait qu’on est un peu enseveli du discours de tout l’monde. Tout l’monde a constamment son 15 secondes de gloire, ça peut aller jusqu’aux fake news pratiquement. Tu dis quelque chose assez fort, bin ça va faire taire les autres.

3- Westcott : Newsflash, t’as tout juste 22 ans, la vie de p’tit adulte, bin ce sera pas pour maintenant.

Thomas (8 ans) : T’auras pas tout d’suite un appartement, tu vas respecter tes parents. Tu partiras pas dans les bars, tu reviendras pas à 10h du matin… T’es trop jeunes pour boire de l’alcool! (rires).

Vincent : J’étais dans un moment où j’ai catché que n’importe qui qui travaille en culture, c’est un peu être entrepreneur quelque part. Quand tu fais ton propre shit, faut quand même que tu vives sur le side, t’as besoin d’jobs, t’as besoin d’fric et c’est facile de tomber dans la sécurité.

4- La nuit est une panthère : T’as reçu mes fleurs, j’ai remarqué, on les voit dans le cadre tes préférés.

Elliot (7 ans) : C’t’un peu de l’amour là. Ça veut dire qu’il est attentionné.

Vincent : Pour vrai c’est vraiment premier degré cette line-là. Finalement la toune c’est un peu… T’sais en anglais ils disent « Hidden in plain sight », caché dans ta face un peu, parce que quand tu checkes les paroles, clairement c’t’un gars qui parle à une fille qui fait d’la webcam là. Mais c’est pas moi c’est d’la fiction, si j’avais une relation avec une fille de webcam j’le dirais pas, j’y chanterais pas à chaque soir là! Mais là c’est vraiment une camgirl, c’est à caractère porno vraiment.

5- Romains : À Rome comme les Romains on chante tous le même refrain jusqu’à en perdre notre latin.

Léa-Rose (8 ans) : Ça veut dire que t’aimes chanter pis que tu pourrais chanter toute ta vie! Jusqu’à temps qu’tu meurs… Pis faut pas chanter trop sinon on perd la voix.

Vincent : Autant j’te parlais de la vibe du discours ambiant avec Jupiter. Jupiter c’est vraiment plus abstrait tandis que là Romains c’est vraiment ça un peu. Des deux côtés les discours sont extrêmes. D’un côté on est super puritain pis en même temps on l’est pas pentoute. Y’a des gens qui vont dire des trucs complètement atroces à la radio pis après, Safia va mettre un t-shirt de Gerry Boulet pis toutes les matantes vont aller la diss sur les réseaux sociaux. Facque on va suivre la mouvance peu importe c’qu’on dit.

6- Les RDV manqués de Babylone : Mes aiguilles doivent pointer tard pour elle, la reine des évadées au moins pas celle des avalés.

Émile (10 ans) : Si une fille sent le caca, tu vas préférer aller voir celle qui sent bon. Mais j’apprendrais à connaître l’autre avant de la juger par son odeur.

Léa-Rose (8 ans) : Si ta blonde t’invite au restaurant mais que tu finis de travailler trop tard mais que t’avais dit oui, bin là elle va être triste.

Vincent : En fait, le quiproquo, c’est la pierre angulaire d’la patente. Ouais en fait c’est juste deux personnes qui trippent, (rires) encore là, j’aime juste ça partir de trucs simples qui sont intéressants à observer, à développer. Facque à la base, j’suis parti, j’me souviens, j’restais pas à Montréal dans ce temps là. Moi, mon cousin, j’allais chez eux à Montréal y’appelait ça Babylone. Y’avait juste une fille que j’essayais d’voir cette journée-là, pis on n’a jamais été capable de s’trouver.

7- Encéphaline : Et si j’ai l’air froid d’en dehors, c’est parce que ma couche d’ozone réchauffe, mais quand l’feux prend pis l’manteau fond, scuse moi d’être moteur à réaction.

Frédérique (5 ans) : Faut faire attention à notre planète, à la couche d’ozone. Si on met des déchets partout la planète va mourir.

Vincent : J’étais dans un bout où j’avais quelques questions sur ma propre santé mentale. C’était un peu dans une situation avec une copine, ouin. J’t’un p’tit peu weird, anxieux, perdu dans vie qu’des fois c’en est pu drôle. Scuse-moi des fois (rires), j’essaye mais des fois j’suis pogné, j’pète une coche. Sans pogner les nerds. T’sais dans une relation d’couple d’avoir un peu d’la misère à s’placer et à long terme de vivre avec l’autre.

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Laura Chénard – Entrevue [Balado]

Laura Chénard, agente de communication et marketing pour Rivière-du-Loup En Spectacles, nous parle du retour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *