Les Grandes Gueules à l’heure du complot

Texte | Max Belisle, préposé au délire

Le timing, la synchronicité, l’alignement des astres, la conjoncture pis toute, toé. Le Rendez-vous des Grandes Gueules arrive à un moment où SI-MO-NAK qu’on s’en raconte des histoires ! Ouf ! Y’a de la compétition mes ami·e·s ; c’est intense ! Les gens se forcent pour bien raconter, faut leur donner ça ; c’est étoffé pis toute ! Des beaux plans de caméra, des récits articulés ; tout y est ! La vérité est mieux de bien se tenir parce que nos histoires sont sur la coche !

Bill Gates qui veut se servir d’un virus pour nous micropucer par un vaccin et en savoir encore plus sur nous tou·te·s. Oué, Madame ! Il peut déjà tout savoir de notre vie numérique, s’arranger pour qu’elle prenne de plus en plus de place, mais NON ! Monsieur Bill veut jouer aux Sims avec 7 milliards d’êtres humains ! Et si c’était pour qu’on fasse la paix ? En tout cas, si on se met à parler leur charabia incompréhensible du jour au lendemain, on vous aura prévenu·e·s ! Faut l’avouer, y’a du vouloir en arrière de cette histoire-là !

Y’aurait même un réseau de pédophilie qui marche par sous-sol de pizzéria. Oui, oui ! Tu paies ta pizz’ un peu plus cher, mais t’as un flo volé au Kazakhstan en bonus. Les jouets McDo ont crissement évolué. Faut comprendre ces pauvres types de vouloir se coder un langage à eux, encore faut-il que le staff de la pizzéria le maîtrise, non ? J’ai dit « all-dressed, pas de champignons », pas « ce qui te reste de p’tits garçons » !

Pis pars-moi pas sur la 5G ! On le sait tou·te·s : c’est Gilles, Gaston, Gérard, Gratien pis Gontrand qui se partent une business de téléphone pour se venger de Roger.

Mais d’où est-ce que ça vient, cette idée de s’injecter des histoires direct din veines ? Pourquoi ça marche autant même si ça tient sur rien ? On veut mettre des mots sur ce qu’on ne comprend pas ? Compléter l’énigme de la vie ? Possible ! Quand on comprend pas quelque chose pis que ça nous titille, le moins que l’on puisse faire c’est de se poser des questions, non ? Quand même sain comme réflexe ! Pis quand tu te poses des questions, le but de l’opération c’est de tenter une réponse. Sinon, c’est long longtemps ! « Qui suis-je » suivi de « regarder le plafond pendant 4 jours »… moyennement stimulant ! À partir de là, on est en 2020. Tu « googles », tu lis, tu fais tes calices de recherches. Sites crédibles, auteurs crédibles, contre-vérifications, toute la patente ! On fait tou·te·s ça, right ? Faut toujours ben pas prendre tout ce qu’on nous dit pour du cash. Parce que du cash, y’en a en viarge derrière ce qu’on nous dit ! Donc, tu lis, t’es peut-être même confronté·e par ce que tu lis parce que tu pensais d’autres choses au départ. Pis en fin de compte, t’arrives à quelque chose de solide, qui te satisfait la caboche. Fin de l’histoire ? Oh, fuck non !

Mais d’où est-ce que ça vient, cette p’tite christie d’idée sale que tout ce qui est considéré vrai, c’est d’l’hostie de marde ? La Terre est ronde ? Bullshit. Neil Armstrong a marché sur la Lune ? Pfff ! Toute tourné en arrière de ma shed ! COVID-19 ? Toute faite dans cuisine chez ma mère avec les affaires passées date dans le garde-manger. Ce trip d’opposition, ça sonne comme si les Canadiens de Montréal jouaient contre trois oies blanches avec des patins pis que toi, tu vas gager ta paye contre le CH parce que si tu gagnes, holy shit que tu vas te vanter la yeule le restant de tes jours ! C’est-tu si jouissif que ça, avoir raison sur beaucoup de gens en même temps ? On se sent-tu si spécial que ça quand ça arrive ? Tu deviens-tu le king de toute parce que t’as gagné un argument ? Ça vaut-tu vraiment la peine de fuir la réalité en croyant des âneries, pour croire en nos chances d’avoir raison sur la planète au complet ?

Peut-être que de croire n’importe quoi, c’est un besoin, une urgence même. Peutêtre que l’incertitude est si envahissante qu’une réponse, n’importe laquelle, va faire l’affaire. Souvenez-vous de vos années d’école. Une feuille d’examen, une question à développement, 40 lignes vides ; ça compte pour beaucoup et… t’as carrément pas étudié le bon chapitre. Laissiez-vous les 40 lignes vides, vous ? Pas moi ! Pas question ! Je fignole quelque chose avec ce que je sais. J’essaie de mettre ça beau, des belles grandes phrases, quelque chose de swell ! J’ai plus d’orgueil que ça ! Mes belles grandes phrases swell valent bien plus que des lignes pleines de blanc entre, j’t’en passe un papier !

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

De vous jusqu’à nous

Texte | Léa Laplante-Simard, directrice et archiviste, Centre d’archives du Témiscouata Lorsque l’on est petit·e, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *