Les Fourberies de Scapin et son processus de création

Texte | Raphaëlle Gauthier

En 2020, l’option théâtre-études du Collège Notre-Dame de Rivière-du-Loup était en préparation pour produire Les Fourberies de Scapin ! Voici le texte qui avait été rédigé pour vous, ainsi que les photos qui nous montrent l’envers du décor.

Depuis 2014, la troupe fait preuve d’imagination en produisant, tous les ans, une pièce théâtrale. Cette année, il s’agissait d’une comédie écrite par le célèbre dramaturge Molière: Les Fourberies de Scapin.

L’intrigue va comme suit : au 17e siècle, un jeune homme nommé Octave, fils de Géronte, homme riche et avare, épouse en cachette une demoiselle sans famille. Cependant, son père revient d’un séjour en bateau pour le marier avec la fille du seigneur Argante, père de Léandre (l’ami d’Octave). Ne sachant que faire, Octave implore le valet de son ami, Scapin, qui est réputé pour ses fourberies et ses troubles avec la justice, de lui venir en aide.

Adaptation et partage du texte

C’est un texte de plus de 300 ans que les jeunes ont adapté à leurs besoins, sans le dénaturer. Ainsi, le personnage de Géronte devient féminin, celui d’Argante est réparti en deux rôles et Léandre est interprété par une jeune fille qui s’efforcera de « masculiniser » son jeu ! Aussi, puisque le rôle de Scapin possède plus de 300 répliques, les élèves ont pris le soin de les partager entre 4 comédiens.  Les élèves devaient interpréter et jouer au rythme du texte original, ce qui signifiait pour certains une superbe expérience à venir : « Ça aide dans ta façon de parler quand tu te sens dans une autre époque. », partage, des étoiles plein les yeux , Évelyne Bérubé (élève de 3e secondaire).

Aussi, le vocabulaire étant d’un langage soutenu, ainsi que les mots et la syntaxe de l’époque de Molière, ce n’est pas une mince affaire : « Puisque je comprends moins le sens, le travail d’interprétation est plus difficile. » confie Éliane Longval qui commence sa première année de théâtre à l’option du Collège.

Création de décors et costumes sur mesure

De plus, les élèves avaient créé les décors et les costumes eux-mêmes sous la direction de madame Ghislaine Hamel, enseignante et metteuse en scène. «Tout d’abord, ils ont dû faire le dessin du décor et prendre ensuite les mesures nécessaires pour le fabriquer.» Les jeunes ont travaillé avec les matériaux à leur disposition selon les indications du professeur.

La confection des costumes étant le plus gros du travail de production, c’est avec enthousiasme que les costumes ont pris forme à partir des croquis.

Version Commedia dell’arte 

Cette pièce a été originalement jouée dans un style italien qu’on appelle la Commedia dell’arte qui se jouait avec des masques. Les étudiants ont donc produit eux-mêmes leurs masques en les moulant sur leur visage. ce type de jeu est très physique et basé sur l’exagération du personnage, ce qui amenait un degré de jeu à maîtriser encore plus élevé.

Pour leur apporter une expérience complète, madame Hamel tenait à enseigner ce jeu si complexe : « Pour moi, la Commedia dell’arte est, sans nul doute, le jeu théâtral le plus complet entre le clown et l’humour. Le masque permet au comédien d’apprendre l’expression par le corps et l’esprit en développant une conscience constante pour le public. »

Malheureusement, en raison de la COVID-19, le projet est en pause, toutefois les élèves vous disent à l’an prochain. Ce sera un rendez-vous à ne pas manquer !

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Laura Chénard – Entrevue [Balado]

Laura Chénard, agente de communication et marketing pour Rivière-du-Loup En Spectacles, nous parle du retour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *