Les décisions financières sont bien plus qu’une question de chiffres

texte Annabelle Dumais, M.Sc., Pl. Fin.

En apparence, l’argent semble simple.

Quoi de plus noir et blanc que des chiffres ?

Mais en réalité, l’argent est compliqué. Rien ne le dit plus clairement que de regarder la façon dont nous sommes sujets aux biais cognitifs, c’est-à-dire la façon dont notre cerveau nous persuade sournoisement de prendre des décisions qui vont souvent à l’encontre de notre intérêt.

Voici les quatre principaux biais qui guettent vos finances :

1-BIAIS D’ANCRAGE

Aussi appelé le piège de la relativité, l’ancrage est la tendance à accorder trop d’importance à une information initiale qui a pour effet d’ancrer les réponses.

Le premier chiffre que vous voyez, qu’il s’agisse d’un prix ou d’un paiement minimum, colore tous ceux qui suivent. Une ancre haute vous incite à dépenser plus que d’habitude. Comme le paiement minimum de votre carte de crédit vous incitera à effectuer un remboursement moindre que si vous n’aviez pas ce montant d’inscrit sur votre relevé.

2-EFFET DE DÉNOMINATION

Vous détestez casser 50 dollars, mais n’avez aucun problème à dépenser cinq 10 dollars. Même si le montant total dépensé est le même, le fait de faire plusieurs paiements plutôt qu’un seul nous apparaît moindre et peut nous amener à dépenser davantage.

3-BIAIS DE STATU QUO

Ce biais décrit notre tendance à nous en tenir à ce que nous savons, qu’il s’agisse ou non du meilleur plan d’action. Si vous avez laissé votre cotisation d’épargne retraite identique au cours des 15 dernières années, simplement par question d’habitude, cela pourrait vous coûter cher.

4-L’AVERSION AUX PERTES

Tout le monde déteste perdre de l’argent, mais certains d’entre nous ont plus peur que d’autres. Investir en particulier est sujet à des gains et à des pertes, et ceux d’entre nous qui ont une peur démesurée de perdre de l’argent peuvent être plus enclins à prendre des décisions téméraires et coûteuses sans attendre que le marché se stabilise. Bien qu’il soit impossible d’être parfaitement rationnel.le surtout lorsqu’il est question d’argent, être conscient.e de l’influence de ces effets sur nos décisions financières peut certainement nous aider à en prendre de meilleures.

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Entrevue avec Kathia Rock

Entrevue | Piscilla Winling P.W. : Vous allez être aux Grandes Gueules en tant que …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *