Accueil / Nos sens / L'Émotion / « Les blés sont mûrs et la terre est mouillée, les grands labours dorment sous la gelée… » – Félix Leclerc

« Les blés sont mûrs et la terre est mouillée, les grands labours dorment sous la gelée… » – Félix Leclerc

texte Édith Deschênes

 

Il n’est pas si loin ce moment de l’année où tout semble s’endormir jusqu’à la saison suivante. Et pourtant, pour les entreprises agricoles, l’hiver n’est pas la saison morte que l’on pourrait imaginer. Bien sûr, les travaux aux champs sont interrompus jusqu’au printemps suivant. Pour toutes les fermes où il y a des animaux, la routine continue. Dans le cas des animaux qui ont passé l’été au pâturage, ils retrouvent leurs quartiers d’hiver à l’abri des intempéries. Entre les murs des étables, bergeries, poulaillers et autres bâtiments, la vie continue. Il faut nourrir tout ce beau monde, entretenir les bâtiments, faire la traite, le cas échéant ; les occupations ne manquent pas. L’hiver et le début du printemps sont aussi des périodes où surviennent plusieurs naissances sur les fermes. Pour les fermiers, cela veut dire être prêt à intervenir en cas de besoin ou de complications et cela à toute heure du jour ou de la nuit. Les apiculteurs, de leur côté, auront préparé les ruches pour l’hiver en les regroupant, en ajoutant de l’isolation et en s’assurant qu’elles aient des provisions suffisantes pour survivre jusqu’au printemps. Cela n’exclut pas quelques visites hivernales afin de s’assurer que tout se déroule pour le mieux pour ces petites butineuses. Pour les acériculteurs, l’hiver est signe d’entretien et de réparation des tubulures en prévision de la prochaine saison. Dépendamment de la taille de l’érablière, dans certains cas l’entaillage débute en plein coeur de l’hiver. Puis mars et avril apporteront la nouvelle coulée.

Sur les fermes maraîchères, dans certains cas, les cultures en serres prolongent la saison. N’en reste pas moins qu’une fois les jardins fermés, les cultures vivaces protégées et les plantations d’automne effectuées, il faut vite penser à la saison suivante. Il faut commander les semences et autres fournitures en prévision du printemps. Puis rapidement, la période de semis recommence parfois dès janvier ou février. Pour ceux qui ont des arbres fruitiers, c’est aussi le moment de la taille. L’hiver apporte avec lui quelques inquiétudes. Y aura-t-il assez de neige pour bien protéger les cultures des grands froids ? Les redoux causeront-ils des dommages ? Le verglas endommagera-t-il les érables et les arbres fruitiers ? L’hiver, c’est la période des bilans, des réflexions et des mises à jour. On fait le compte des bons et des mauvais coups de la saison, on essaie de prévoir au mieux la saison à venir. On classe enfin toute la paperasse qu’on a laissée de côté pendant l’été. On répare et prépare la machinerie pour la nouvelle saison. On essaie de faire tout ce qu’on a remis à plus tard pendant la haute saison, et au travers de tout ça, on tente de trouver quelques moments de repos.

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Corps, PARFAITEMENT parfait

texte Andréanne Martin | Technicienne en diététique   Lorsque j’ai appris que le prochain thème ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *