Accueil / Nos sens / La Vue / Les Berçantes au Centre d’art de Kamouraska

Les Berçantes au Centre d’art de Kamouraska

texte et photos Maurice Gagnon

LES BERÇANTES À KAMOURASKA…
La berçante, cette chaise à bascule au coeur même de notre tradition québécoise, est l’élément cardinal d’une exposition qui sera présentée tout l’été au Centre d’art de Kamouraska. On la retrouvera sous différentes formes, même les plus inusitées. Le lancement a eu lieu le vendredi 21 juin dernier.

Les Berçantes est une exposition interactive créée par le collectif Les Incomplètes formé par Josiane Bernier, interprète et chorégraphe en danse contemporaine, Audrey Marchand et Laurence P. Lafaille, metteuses en scène et comédiennes.

Née en 2016, l’exposition s’est promenée à différents endroits avant d’occuper cet été les locaux du Centre d’art de Kamouraska. « Elle explore les symboliques de la chaise berçante, des femmes qui bercent et qui se bercent et des berceuses chantées », raconte Audrey Marchand lors d’une visite des cinq oeuvres réparties dans trois salles.

OBJET DE CONTEMPLATION
L’exposition met en valeur la berçante comme un objet évoquant la contemplation, l’introspection et la solitude. Elle est également le lieu de transmission, du passage des générations et même du jeu.

Une première installation mécanique créée avec la complicité de Philippe Lessard Drolet fait référence à ces petits manèges pour enfant que l’on retrouve dans les centres d’achats. Ce sont d’ailleurs les enfants qui sont invités à se laisser bercer par cette chaise automatisée.

Philippe Lessard Drolet a aussi collaboré à la création de la chaise musicale, une berçante miniature sous un cube de verre que l’on actionne avec la voix à partir d’un micro. Pourquoi ne pas en profiter pour lui chanter une berceuse ?

Réalisée en collaboration avec Josiane Roberge, La Marée nous invite à faire un temps d’arrêt pour regarder, en se berçant, un court-métrage. L’exposition se poursuit à l’étage avec un triptyque photo et sonore et la cabane construite avec des chaises, porteuses de vécus et de mémoire, que les conceptrices ont reçues en cadeau ou qu’elles ont achetées dans des brocantes.

Notons que Vincent Hinse, David Bross, Émilie Dumais et Dorian Rollin s’ajoutent aux collaborateurs de cette exposition.

APRÈS LE FEU
De plus, on pourra vivre lors de notre visite une expérience de réalité virtuelle qui explore, elle aussi, des thèmes semblables à ceux des Berçantes. Dans cette salle, le.la visiteur.se est invité.e à regarder à l’aide d’un casque de réalité virtuelle le court-métrage inédit, Après le feu, tourné en 360° dans des paysages du Kamouraska. Basé sur un texte de Jean-Philippe Chabot et produit par le Centre d’art de Kamouraska en collaboration avec la Semelle verte de Carleton et Wazoom Studio de Rivière-du-Loup, ce film est présenté à Kamouraska en juillet et août 2019, et par la suite dans les bibliothèques du Bas-Saint-Laurent jusqu’en juin 2020.

Codirectrices du Centre d’art, Véronique Drouin et Ève Simard ont présenté les autres activités de la saison estivale 2019. D’abord, des installations contemplatives, prenant la forme de chaises berçantes, seront disséminées aux quatre coins de Kamouraska et intégrées au paysage. Ces stations réaffirmeront l’objet patrimonial et créeront un espace-temps sensible là où on l’attend le moins.

Des performances collectives à même des lieux du quotidien de Kamouraska — quai, champs, place de l’église — seront initiées par les Incomplètes (début juillet). Alliant artistes et non-artistes, ces performances transformeront le paysage et rendront matériel l’extraquotidien.

CONFÉRENCES
Enfin, une série de conférences portant sur la lenteur et la contemplation, ainsi que sur les origines de la chaise berçante et son apport au patrimoine régional viendront compléter cette programmation.

Notons en terminant que l’encan annuel d’oeuvres d’art se tiendra le samedi 24 août à 17 h, à la grange champêtre du Manoir Taché, sous la présidence d’honneur du journaliste Bernard Derome. Il sera animé par le comédien Christian Bégin.

Le Centre d’art de Kamouraska souligne l’apport essentiel de ses partenaires financiers qui rendent possible la présentation de cette programmation : le Conseil des arts et des lettres du Québec, la municipalité de Kamouraska, l’entente de développement culturel de la MRC de Kamouraska et du ministère de la Culture et des Communications du Québec ainsi que les Aliments Asta.

_____

Pour d’autres détails :
www.centredartkamouraska.ca

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Manger gourmand et local

texte Amélie Bureau et Stéphane Lussier, coordonnateur La Manne rouge, je récolte | photo Stéphane …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *