L’épivardise : Virus grimpant

texte Marie-Amélie Dubé

Citoyen.ne.s de Matane, de Rivière-du-Loup, de Témiscouata-sur-le-Lac, de Kamouraska, de Saint-Jean-Port-Joli, de Saint-Valérien, de Saint-Clément, de Saint-Cyprien, de Saint-Médard, de Trois-Pistoles et de Rimouski, vous avez une chose en commun et personne ne vous l’a encore révélée ! Et bien c’est aujourd’hui que vous apprendrez tous ce que vous avez en commun ! Et ce n’est pas une rumeur, mais bel et bien un fait ! Sortez vos masques, vos mouchoirs, votre échinacée, buvez beaucoup d’eau et surtout préparez-vous à faire face à un méchant gros virus qui se propagera du 7 au 13 octobre dans chacune de vos municipalités. Sans vouloir vous faire peur, vous serez tou.te.s contaminé.e.s par l’épivardise. L’épivardise, c’est une maladie qui rend les gens bavard.e.s, TRÈS bavard.e.s et parfois même trop bavard.e.s, aux dires de certain.e.s ! Les porteur.se.s de l’épivardise racontent des histoires vraies, ou même parfois fausses. Les porteur.se.s de l’épivarde sont capables de faire croire n’importe quoi à n’importe qui ! Alors faites attention, car l’épidémie de cette espèce rare déferlera sous peu au Bas-Saint-Laurent jusqu’à chez vous !

Chacun.e votre tour, vous recevrez le virus dans votre propre ville et, malheureusement, aucun vaccin ne pourra vous protéger contre cette lèpre grimpante autant dans les terres que le long du littoral. Heureusement, votre système immunitaire est bon pour vous, car avec les années, vous avez (ou allez) développer une résistance extraordinaire à leurs palabres en acceptant de les accueillir malgré leur état, sous vos propres toits !

Il.elle.s seront parfois excentriques, coloré.e.s et parfois vous penserez même qu’ils sont fou.olle.s ! Mais ne vous en faites pas, il.elle.s ne seront que de passage ! Le drame et la comédie les suivront partout et il.elle.s seront poussé.e.s par une charrette géante remplie de mots, de verbes, d’expressions faciales, de rires et parfois même de grimaces !

Il est fortement recommandé, voire nécessaire, pour combattre l’épivardise, d’aller à la rencontre des porteur.se.s du virus pour développer la barrière immunitaire en vous et vous préserver de cette terrible maladie ! Ce n’est qu’en présence du.de la porteur.se de la souche que vous serez protégé.e. Si vous n’allez pas à sa rencontre, vous serez pris.e d’un vilain mal de vivre et vous serez soudainement pris.e d’une fatigue incomparable à celle déjà vécue ! ! ! À leur contact, vous vous sentirez décontracté.e, heureux.se et serez certainement pris.e par des fous rires relaxants.

Les porteur.se.s de la souche du virus seront présent.e.s sous la couverture de 12 conteurs et conteuses dans le cadre des Rendez-vous s’épivardent. Ne vous en faites pas, tout cela n’est qu’une grande mascarade pour éviter les soupçons ! Mais soyez-y si vous ne voulez pas attraper le virus ! C’est au Château Landry de Mont-Joli, à la Bibliothèque Françoise-Bédard, au BeauLieu culturel de Témiscouata-sur-le-Lac, au Musée de la Mémoire vivante à Saint-Jean-Port-Joli, au Bistro Côté Est à Kamouraska, au Cabaret des mauvaises habitudes à Rivière-du-Loup, au Centre communautaire de Saint-Valérien, à la salle la Rassembleuse de l’OTJ de Saint- Clément, à la Microbrasserie le Bien, le Malt de Rimouski, au Centre communautaire Alcide-Ouellet de Saint-Cyprien, au Jubé de St-Léandre, à la Bibliothèque Anne-Marie d’Amours de Trois-Pistoles et à la Salle communautaire de Saint-Médard.

Tous les détails de la programmation des rendez-vous s’épivardent en page 13 du magazine papier ou numérique

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Chronique biblio – Quand une bibliothèque s’adapte

Texte et photo | Sylvie Michaud, M.B.S.I., bibl. prof., Biblothèque Françoise-Bédard 13 mars 2020. Nous …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *