Lecture et racisme

Texte | Isabelle Moffet, coordonnatrice, Bibliothèque Françoise-Bédard
Image d’en-tête | Free-Photos de pixabay.com

Joyce, Georges et ô combien d’autres noms peuvent être évoqués en 2020 quand on pense au racisme systémique et aux inégalités sociales.

Que tou·te·s ceux et celles qui ont des doutes que ce genre d’inégalité existe dans notre société prennent le temps de lire, de s’informer, de se cultiver sur ces sujets, de fréquenter leur bibliothèque ou leur meilleure librairie afin que la société évolue sur le bon sens, dans la justice et la douceur du « vivre ensemble » !

Dernièrement, l’Association des Bibliothèques publiques du Québec et la maison d’édition Mémoires d’encrier offraient un webinaire intitulé « Lire contre le racisme ». Comme le sujet est totalement dans l’air du temps, nous avons pensé vous suggérer quelques lectures appropriées sur le sujet.

Allez, soyez curieux et ouvrez vos horizons !

Moi, figuier sous la neige

Cultures et pays, enfance et vie d’adulte, famille perdue et communauté retrouvée. La poésie d’Elkahna Talbi rassemble cette parole vibrante qui fait de la Tunisie et du Québec un territoire immense, relié par de multiples histoires d’exil, d’amour et d’espoir.

NoirEs sous surveillance

Cet ouvrage monumental si richement documenté est précieux; il nous tire de l’oubli et du silence. Que savons-nous de l’esclavage au Canada ? Que savons-nous de la répression exercée sur les femmes et les hommes noirs ? Que savons-nous du racisme systémique ?

La femme cent couleurs

Maintenant, être une femme et être noire est un programme au moins deux fois plus chargé parce qu’il faut veiller constamment à ne pas se faire voler sa tendresse.

Vivre la diversité

Vivre la diversité est un guide incontournable pour quiconque veut comprendre la diversité et les questions raciales afin de lutter contre les préjugés.

Cartographie de l’amour décolonial

Les personnages s’efforcent de réconcilier leur désir de vivre une vie pleine de tendresse avec le combat qu’ils livrent quotidiennement pour survivre aux injustices passées et présentes causées par le racisme et le colonialisme.

Le chant de corbeau

Si nous ne sommes pas les bon·ne·s sauvages dépeint·e·s par les écrivains romantiques, nous ne sommes pas non plus les brutes que décrivent certain·e·s auteur·rice·s racistes. Une tradition qui fait encore partie de notre vie aujourd’hui, c’est de parler aux arbres, aux plantes, aux poissons et aux autres animaux, et plus particulièrement à Corbeau et à Cèdre.

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Se nourrir virtuellement

Texte et photo | Véronique Bourrassa Les mots « capacité d’adaptation », martelés (j’exagère à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *