Affichez vos couleurs #Supportez la Rumeur

Le grand tour d’un petit pays

Texte et photos | Silvie Côté

Je viens de voir passer sur Facebook que le Luxembourg est le premier pays sur la liste des meilleurs endroits à visiter en 2020. Devinez ce que je me suis dit ? Que j’étais chanceuse d’y avoir séjourné en octobre dernier ! Ce qui m’est venu en tête par la suite ? Pourquoi ne pas partager mon expérience ? Me voici donc à vous écrire pour vous présenter ce petit pays d’un peu plus de 600 000 habitant·e·s bordé par la Belgique, la France et l’Allemagne. On peut facilement y faire un saut d’un ou deux jours en provenance d’un de ces pays. J’habitais chez une amie qui vient de s’y installer. Je ne peux donc pas vous diriger vers un hébergement, mais il y en a ; j’y ai pris un verre en admirant le jour qui tombait sur sa forteresse, classée à l’UNESCO.

C’est minuscule comme pays, un petit 2586 km2. Mais c’est beau et très surprenant. Le moderne du quartier des affaires (Kirchberg) côtoie Luxembourgville, son palais du grand-duc et sa vieille ville. On passe de l’un à l’autre dans le temps de le dire et l’on découvre des univers complètement différents.

Dans les transports en commun, soit le bus (2 euros) ou le tramway (tout nouveau d’ailleurs), on entend parler le français, le luxembourgeois et l’allemand. Un si petit pays qui a sa propre langue, c’est hors-norme.
La maternelle se donne dans cette langue. Ensuite, l’enseignement passe à l’allemand pour la première année et à partir de la deuxième, on enseigne en français. Imaginez… l’enfant est, à la fin de son primaire, trilingue.

Quand on entre dans une boutique ou un resto, on se fait accueillir par un « moien ». Parlant nourriture, le grand-duché détient le plus de restaurants et chef·fe·s étoilé·e·s par habitant au monde. Et on boit ! Le vin est donné.
Au supermarché, un de mes vins préférés, le Guigal (7 euros), prend place à côté d’un Barefoot (5 euros). Attends là, j’hésite… Et que dire du crémant, le champagne du Luxembourg. Moi qui n’aime pas le champagne, je suis tombée sous le charme de ce doux liquide à bulles. J’ai même visité la maison Bernard-Massard sur les bords de la Moselle. Oui, oui, la Moselle de Brel.

Malgré le temps maussade que j’ai eu pendant sept jours, j’ai marché et marché comme j’aime toujours le faire en voyage. J’ai eu trois coups de foudre durant mon séjour. Le premier, le Grund, que l’on retrouve dans la ville-basse fortifiée. J’y suis descendu en empruntant 243 marches dans la forteresse, car l’ascenseur panoramique était en panne. Dans ce quartier médiéval, on se retrouve entouré·e de nature et de vestiges moyenâgeux. L’abbaye Neumünster devenue un centre culturel, la rivière Alzette bordée de sentiers pédestres, la vue sur la passerelle (le vieux pont Al Bréck) et un peu plus loin, des bureaux de Microsoft ultra modernes. Je n’ai pas eu assez de toute la journée pour me rassasier de tant de beauté, mais on m’avait avertie de remonter avant la tombée de la nuit. Même si le Luxembourg est sécuritaire, la vieille ville n’est pas recommandée le soir pour une femme seule.

Une des belles choses que j’ai vues pendant mon séjour est sans contredit le MUDAM (musée d’art contemporain). J’ai apprécié autant son contenant que son contenu. Que de beauté, autant à l’extérieur qu’à l’intérieur ! Il est construit sur l’ancien Fort Thüngen et possède une section réalisée par l’architecte de la pyramide du Louvre. J’ai parfois de la difficulté avec l’art contemporain, mais là vraiment, j’y ai passé la journée. Le lunch au resto du musée fut aussi une expérience en soi.

Et que dire de l’université située dans le nouveau quartier urbain d’Esch-Belval. Si je le pouvais, je retournerais aux études seulement pour pouvoir y passer toutes mes journées. Comme ça doit être inspirant et stimulant ! Tous les pavillons méritent des tonnes de photos. Un peu plus de 6000 étudiant·e·s issu·e·s de 125 pays différents partagent toute cette beauté. Pensez-y : lire sur les balcons extérieurs de la bibliothèque ou à l’intérieur entouré·e de ses murs de verre ou étudier assis·e à côté des vestiges de l’ancienne usine sidérurgique où l’université s’est installée il n’y a même pas 20 ans.

J’en aurais encore bien long à vous décrire. Dites-vous que le Luxembourg est à mettre absolument dans votre liste de pays à voir.
La visite vaut le détour.

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

De l’insulte à l’injure

Texte | Éric Dubois, syndicaliste, citoyen des Trois-PistolesIllustration | CDA Récemment, Le Devoir a publié …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *