Le Grand Héron

texte Constance Céline Brousseau

Tes mains posées sur moi
sapinage balsamique
gestuelle de sourcier
Et la mort du grand héron livrée pour nous
en même tempête océanique

Suspendu par les pattes dans l’épinette
Se balance
Son ramage ouvert tel un éventail bleu-gris
maritime
sur la circonstance inattendue
Accouche ses viscères

Notre amour infrasonore en point d’orgue
heurta un grand oiseau marin

Sa dépouille abandonnée
Offertoire
Consécration de tous les corps
Leurs envols

Avril
Vents partout
Violons conifères

La cérémonie fut célébrée
Sans préparatif
Vie sauvage

Il y a longtemps que je t’aime

C’est outrageant le bonheur
qu’il fait sur ce fleuve d’en face.

À propos de Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Documentaire photographique

Texte et photos_Michel Lagacé QUAND UN TUNNEL SE MÉTAMORPHOSE EN PHARE À Rivière-du-Loup, en traversant …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *