Accueil / Nos sens / L'Émotion / Le Fil Bleu : Fabrice Roy-Plourde, la femme derrière l’entreprise

Le Fil Bleu : Fabrice Roy-Plourde, la femme derrière l’entreprise

texte Marie Pierre Daigle photo JHA Photographie

 

Originaire de Saint-Marc-du-Lac-Long au Témiscouata, Fabrice Roy-Plourde unit aujourd’hui l’entrepreneuriat et la création artistique. Fondatrice et propriétaire unique de la boutique Le Fil bleu à Kamouraska, elle est ambassadrice des métiers d’art au Québec depuis 2009. Elle a étudié au Centre design et impression textile de Montréal, un programme collégial de métiers d’art offert par le Cégep du Vieux Montréal. Se sont ensuivis plusieurs ateliers de perfectionnement passant des techniques de vannerie à la fabrication de feutre et à la sérigraphie. En 2004, elle est venue s’installer au Kamouraska pour faire une formation en production horticole à l’Institut de technologie agroalimentaire de La Pocatière.

 

Un peu d’histoire
Fabrice s’est impliquée à la boutique de métiers d’art de l’Auberge des Aboiteaux à Saint-André et a représenté les métiers d’art à la Table Culture de la MRC de Kamouraska pendant quelques années à son arrivée dans la région. Les propriétaires de l’auberge ont dû fermer l’espace boutique pour se concentrer sur leur lieu d’hébergement. Impliquée dans son milieu, elle réalise l’importance d’avoir un lieu de diffusion pour les créations des artisans régionaux. Souhaitant donc poursuivre la représentation et la vente d’objets métiers d’art, elle décidé de mettre ses idées sur papier et d’entreprendre la rédaction de son plan d’affaires. Grâce au programme de Soutien au travail autonome d’Emploi-Québec, les démarches pour démarrer son entreprise se sont enclenchées. En 2009, Le Fil bleu, boutique de métiers d’art, ouvre ses portes. Commençant par la location d’un petit espace au village de Kamouraska, elle présente les créations de 35 artisans de la région. Après 3 ans, constatant l’enthousiasme de la clientèle et souhaitant avoir plus d’espace pour valoriser les créations des artisans, la boutique devait déménager. C’est en 2012 que Fabrice à l’occasion de louer un magnifique espace au presbytère de Kamouraska. Le lieu lui permet donc d’accueillir plus de créations d’artisans bas-laurentiens et de les présenter avec soin et attention. Le 76, avenue Morel, une adresse à conserver !

Parcours artistique
En 2010, elle participe à l’exposition La fibre textile, première édition d’une série d’expositions au Centre d’art de Kamouraska sous le nom de Matières et mémoires dont le commissariat était assuré par Nathalie Le Coz. En 2011, elle réalise « Fil-o-vent » dans le cadre d’En avril… fibre, textile, art chapeauté par le centre d’artiste la Tortue bleue (connu aujourd’hui sous le nom de VRillE | Art Actuel) qui présentait entre autres Les bars rayés reviennent frayer, une installation extérieure au quai de Kamouraska. En 2014, elle présente « Les mouchoirs » dans le cadre de l’exposition Matière sensible de VRillE | Art Actuel au Musée François-Pilote (connu aujourd’hui sous le nom du Musée québécois de l’agriculture et de l’alimentation) à La Pocatière. Et en 2015, elle expose « MAILLAGE » dans le cadre d’IN VISU : Translations et espaces vécus en collaboration avec Dahlia Milon et moi-même, une exposition sur mesure pour le Centre d’art de Kamouraska où le textile était à l’honneur et dans laquelle la femme s’est questionnée face au fleuve. La conciliation entrepreneuriat et création n’est pas toujours simple en termes de temps, Fabrice fait ponctuellement une microproduction d’écharpes feutrées et, plus récemment, elle fait de l’illustration et du graphisme pour différents projets. Elle a réalisé le visuel du Festival des champignons forestiers du Kamouraska et elle fait la conception d’illustrations pour chandails vendus exclusivement au Fil bleu.

aout23

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Petits gestes écologiques à adopter au quotidien

texte et photo Catherine Roy   On le sait, parler d’environnement et d’empreinte écologique à ...

Un commentaire

  1. Jean-Rock Lechasseur

    Bravo Fabrice. Beaucoup de travail, mais ton travail porte ses fruits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *