Accueil / Nos sens / La Réflexion / Le coût de l’achat local

Le coût de l’achat local

par Edith Deschênes

 

Est-ce vraiment plus cher d’acheter fruits, légumes et autres denrées localement ? À cette question, je vous réponds oui et non.

Oui, lorsque l’on achète d’un petit producteur local, celui-ci n’a pas tous les avantages qu’un plus gros pourrait avoir, sa capacité de produire n’est pas la même. Cela s’explique parce qu’il ne possède pas la même superficie et que la main-d’oeuvre se résume souvent à l’agriculteur et sa famille. C’est connu, plus on produit, plus le coût de revient de chaque unité diminue. De plus, un petit producteur doit faire lui-même sa mise en marché et assumer ses pertes, comparativement à une production sous gestion de l’offre. Si vous achetez directement à la ferme ou dans un marché public, le producteur n’usera pas de produits d’appel vendus à perte, une pratique répandue dans les épiceries. Un prix plus élevé peut parfois s’expliquer par le choix de variété dans le cas d’un légume ou de race dans le cas d’une viande ; le producteur pourrait avoir choisi les qualités gustatives ou nutritionnelles plutôt que les rendements. Le mode de culture ou d’élevage pourrait aussi influencer le prix. Ce qui m’amène au deuxième volet de ma réponse. Si on s’y attarde un peu, on peut facilement réaliser qu’acheter local ne coûte pas vraiment plus cher. Il faut premièrement comparer avec du comparable. Un produit portant la mention biologique sera généralement aussi plus cher en épicerie. Il en va de même pour les oeufs de poules élevées en parcours libre (free range) ou un poulet élevé en liberté. Tout ce qui diffère de la production de masse a un coût. Soyez aussi attentif au format, ce qui peut vous sembler peu cher pourrait s’avérer trompeur. Vérifiez les poids et les volumes qui vous sont proposés. Un joli emballage de plastique pourrait renfermer beaucoup moins de fraises que le panier proposé sur l’étal de votre producteur local. Lorsqu’on achète local, on achète de la fraîcheur, c’est particulièrement vrai pour les fruits et légumes. Qui dit fraîcheur dit temps de conservation prolongé, donc moins de perte. Alors même si vous avez payé votre sac de laitues mélangées ou vos framboises un peu plus cher et que vous n’en jetez pas la moitié parce qu’elles sont flétries ou qu’elles ont commencé à pourrir, vous êtes encore gagnants. par sylvie Michaud par edith deschênes Vous remarquerez aussi que les prix chez votre producteur local ou au marché public sont plutôt stables. Il n’y aura pas de grandes fluctuations, la tête de brocoli ne sera pas 0,99 $ une semaine et 2,99 $ la semaine suivante, elle sera probablement dans un prix moyen qui restera le même toute la saison. Inutile de vouloir comparer avec le prix du spécial de la semaine à l’épicerie, celui-ci ne durera qu’une semaine. Profitez de la belle saison pour manger local. Vos producteurs préférés vous attendent tous les samedis de 10 h à 15 h au Marché public Lafontaine, et ce, jusqu’au 13 octobre.

juillet28

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

L’Occident-Express

Rencontre avec M. Jean-Baptiste | texte Ève Feron   Il y a des métiers un peu ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *