Accueil / Nos sens / Le Goût / Le bio, plus qu’un choix, une priorité

Le bio, plus qu’un choix, une priorité

texte Renée Frappier, professeure et auteure en alimentation naturelle, présidente-fondatrice d’Expo Manger Santé et Vivre Vert

De nos jours, les avantages des aliments certifiés biologiques sont de plus en plus reconnus et appréciés, d’autant plus que l’offre ne cesse de se diversifier. Voici cinq raisons majeures de rechercher et d’exiger du bio dans nos sols et dans nos assiettes.

BIO POUR DIMINUER LA POLLUTION
Constat incontournable : il nous faut diminuer la pollution des sols, de l’eau, de l’air et de nos assiettes. Comment penser que les pesticides et les engrais de synthèse, des substances parfois hautement toxiques incorporées dans la chaîne alimentaire, n’auront pas d’impact sur l’environnement et sur la santé des individus ? L’interdiction d’utiliser ces produits de synthèse ainsi que les organismes génétiquement modifiés (OGM) constitue une des exigences fondamentales et non négociables pour décrocher la certification bio. Ce bienfait suffit à lui seul à exiger des aliments biologiques, puisque l’espérance de vie sans incapacité stagne ou diminue dans plusieurs pays depuis plusieurs années.

BIO POUR PRÉVENIR LES MALADIES DÉGÉNÉRATIVES
Deux études américaines ont révélé des faits probants : la première a conclu que l’urine des enfants qui mangent plus de 75 % de fruits et légumes bio contient six à neuf fois moins de métabolites de pesticides que celle des enfants qui mangent plus de 75 % de fruits et légumes conventionnels ; la seconde a démontré qu’après seulement deux jours de consommation de fruits et légumes bio, la teneur de l’urine en métabolites de deux pesticides organophosphorés, le malathion et le chlorpyrifos, était divisée par 10. Manger bio supprime environ 90 % des pesticides absorbés, car l’air et la poussière que nous respirons ou ingérons en contiennent toujours. De plus, l’animal mange des végétaux arrosés de pesticides dont les résidus se déposent dans ses graisses et s’y accumulent, se rendant ensuite jusque dans l’assiette, puis dans l’estomac du consommateur ; c’est la fameuse bioconcentration de la chaîne alimentaire.

Or, la grande majorité des études récemment publiées dans les revues scientifiques confirme le risque accru de divers cancers (leucémie, cancers du sein, de la prostate et du cerveau, lymphome non hodgkinien, etc.) avec l’exposition professionnelle ou domestique aux pesticides. Combien d’autres études faudra-t-il pour que l’on adopte des législations protégeant la santé publique plutôt que les profits des fabricants de produits chimiques ? Combien de milliards de dollars devront être dépensés en soins de santé pourtant évitables si l’on investissait plutôt dans l’éducation et les campagnes de sensibilisation grand public ?

BIO PLUS NUTRITIF
La valeur nutritive supérieure du bio est souvent contestée. Pourtant, depuis une décennie, plusieurs recherches ont démontré avec évidence une proportion nettement plus élevée de vitamines et minéraux. Par exemple, des synthèses effectuées par les agences de sécurité alimentaire française et britannique ont conduit ces organismes à s’entendre sur la plus haute teneur du bio en minéraux comme le magnésium, en acides phénoliques et flavonoïdes antioxydants et en acides gras polyinsaturés. La meilleure assimilation des nutriments par les plantes pourrait aussi s’expliquer par la plus grande richesse en humus et par l’activité biologique supérieure des sols, qui est favorisée notamment par la rotation et la diversification des cultures.

BIO LE PLAISIR DES SAVEURS
Quel plaisir que celui de redécouvrir les véritables saveurs grâce aux aliments frais et certifiés biologiques ! Leur qualité gustative ne ment pas puisqu’ils sont cultivés sans produits pétrochimiques et transformés avec un nombre limité d’additifs naturels de conservation. De plus en plus de grands chefs cuisiniers se procurent d’ailleurs des légumes biologiques afin de s’assurer d’obtenir une saveur incomparable et de partager cette expérience gustative avec leur clientèle.

APPUI À NOS AGRICULTEURS
Il faudrait davantage de politiques qui encouragent les producteurs biologiques en leur accordant, par exemple, une aide financière favorisant l’accès à la certification bio. Le bio, une alternative écologique, nutritive, savoureuse, logique, intelligente, altruiste, évolutive. Venez en apprendre davantage sur le biologique à l’Expo Manger Santé et Vivre Vert de Québec les 30 et 31 mars 2019.

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Manger gourmand et local

texte Amélie Bureau et Stéphane Lussier, coordonnateur La Manne rouge, je récolte | photo Stéphane …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *