Accueil / Nos sens / La Vue / L’autoconstruction ou la déconstruction du sujet !

L’autoconstruction ou la déconstruction du sujet !

texte Pascale Saint-Amand, agente de communication et marketing | photo JMartin

Quand Marie-Amélie m’a annoncé le sujet de ce mois-ci, je lui ai répondu : l’autoconstruction artistique… ça se peut ça ! Aussitôt, elle m’a répondu : « ça coûte moins cher de vis, mais plus cher de vice ! ! ! » Probablement qu’elle a raison, surtout si on décide d’analyser la carrière de certains artistes en particulier ! Mais le sujet est intéressant dans la mesure où l’on exploite le même sujet précis dans une discipline des arts de la scène. Dans la prochaine programmation de Rivière-du-Loup en spectacles, le sujet de la mort revient à l’horaire quelques fois en théâtre, sans que nous ne l’ayons planifié. Bien sûr, vous aurez compris que c’est dans une légèreté et un respect absolu que ces pièces de théâtre ont été montées et seront présentées au Centre Culturel Berger !

Exploiter un sujet qui demeure tabou dans la société, tel que la mort, peut sembler impossible pour certain.e.s. Pourtant, Denis Bouchard, producteur de la pièce Le dernier sacrement, a réussi à monter une pièce sur les dernières minutes de vie d’un malade hospitalisé dans une maison de soins palliatifs. En formule participative, puisque des citoyen.ne.s locaux.ales participeront à la pièce, celle-ci est jouée avec un humour qui dédramatise la situation et fait prendre conscience de l’importance de ce moment ! Cette soirée, présentée le jeudi 24 octobre, par Mallette, commencera spécialement à 19 h 30 puisque des mini-scènes seront montées dans le hall d’accueil pour vous mettre dans l’ambiance !

À son tour, Le Malade imaginaire, la 4e représentation, qui sera présentée le 19 mars 2020, exploite ce sujet infini qu’est la mort ! C’est ce grand classique de Molière, mais nous imaginons et vous faisons vivre — tout en nous appuyant sur des faits historiques relatés — la 4e représentation de cette pièce, jouée le 17 février 1673 ! Ce sera son coup de gloire ! Ce soir-là, malgré la maladie, Molière persévèrera et jouera avec tout ce qu’il lui reste d’énergie, d’aplomb et de courage pour faire rire son public une dernière fois. Il mourra un peu plus tard en soirée ! Peut-être pas si imaginaire que ça finalement, sa maladie !

Enfin, dans la pièce NEUF, un groupe d’acteurs et d’actrices se retrouvent à l’enterrement d’un de leurs amis. Ils se souviennent, se confient, s’interrogent, se taisent, s’engueulent, l’échappent, dérapent ! Henri Chassé, Pierre Lebeau, Marc Messier, Mireille Métellus et Monique Spaziani interprètent avec brio ce moment qui remettra en question les fondements et les défis de nos identités parallèles et collectives.

N’allez pas croire qu’avec ces trois pièces de théâtre vous sortirez d’ici les yeux rouges… Si c’est le cas, ce sera d’avoir trop ri de la démence de notre comédien maison perdu dans la maison de soins palliatifs !

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Bienvenue aux étudiants internationaux

texte et photo Sara Dumais-April Chaque année, après les semaines intenses de la saison touristique, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *