Accueil / Nos sens / La Vue / Laura-Lou Fortin, ou la vie en 2D

Laura-Lou Fortin, ou la vie en 2D

texte et photo Marie-Amélie Dubé | illustrations Laura-Lou Fortin

Laura-Lou Fortin, c’est probablement la fille sur la planète qui déplace le moins d’air ! Pas dans le sens qu’elle est plate, mais dans le sens qu’elle est calme, posée et silencieuse. Elle dégage beaucoup de douceur, elle est très attentive et ne parle pas fort. Elle est timide, je pense… ou juste relax, c’est selon. En tous cas, à l’intérieur ça doit bouillir pas à peu près, parce que si tu lui donnes un crayon pis du temps, elle peut t’inventer un monde impressionnant. Laura-Lou Fortin aime écrire des livres, fait de la bande dessinée et est animatrice sur YouTube, plus sérieusement depuis. Elle se démarque par ses animations 2D qui ont généré l’intérêt de milliers d’internautes à travers le monde. Elle compte actuellement plus de 112 905 abonné.es. Vous êtes curieux ? Allez vous abonner à son compte YouTube qui se nomme Freyjinn.

Qu’est-ce qui fait le succès de Freyjinn ? C’est pas compliqué, elle s’inspire de vidéos YouTube qui ont été vues des milliers de fois et elle produit une animation 2D humoristique en faisant un clin d’oeil direct aux vidéos de ses youtubeur.se.s favori.te.s. Comme le.la youtubeur.se mis.e en scène est famous, il arrive que ce.tte dernier.ère repartage sur son propre compte l’animation de Freyjinn, ce qui a directement un impact sur le compteur d’abonné.e.s de sa chaîne. « C’est arrivé une fois que je me suis inspirée d’une vidéo de gamer de Markiplier, qui compte quelque 20 millions et plus d’abonné.e.s sur sa chaîne. Quand il a vu mon animation, il l’a transféré sur sa page. J’en revenais pas ! », explique Laura-Lou, les yeux pétillants de fierté.
Le partage entre youtubeur.se.s est une stratégie bien connue pour se faire connaître sur cette plateforme. « Les gamers ou youtubeur.se.s dont je m’inspire pour faire mes animations se sentent flatté.e.s que je reprenne leur vidéo pour faire mes animations. »

Ce qui est fort impressionnant, et dont on est souvent pas conscient quand on regarde une vidéo animée, c’est que ça prend un temps de fou à produire. Pour Laura-Lou, qui avoue ne pas se dévouer exclusivement à sa production d’animation, c’est un projet d’un mois et demi de création pour 1 minute seulement ! Il y a plusieurs étapes de production, entre autres, elle doit extraire les voix sur les bandes originales et ensuite produire des dessins. « Les experts en animation font du 20 à 24 images par seconde, moi je fais juste du 10 images seconde », explique l’animatrice, comme si c’était pas grand-chose, alors que ça représente quand même 600 dessins pour 1 minute d’animation vidéo ! ! !

Elle envisage de se consacrer à sa production à moyen terme, car il y a des bénéfices intéressants à générer. « À chaque tranche de 1 000 vues, je reçois environ 1,50 $ de Google. » Avouez que ça doit être drôle de voir Google dans ses virements bancaires tous les mois ! Quand j’y pense, j’entends ça dans ma tête : « Moi, mon boss, c’est Google… OK, c’est géant, non ? ! ». « La monétisation de mes vidéos devient intéressante quand j’atteins 842 000 vues, mon record. Si je m’équipais mieux et que j’étais plus disciplinée, je pourrais en vivre à court terme. » En espérant que YouTube ne connaisse pas d’autres crises telles que celle vécue en 2017, alors que des chaînes ont manifesté haut et fort leur désaccord envers les choix de pub que mettait Google devant leur vidéo. « Ça démontre qu’on est à la merci de la publicité et que Google a le gros bout du bâton… On a pas le choix des pubs qui sont mises sur notre chaîne et ça peut causer des malaises quant à nos valeurs. Personnellement, ça ne m’est pas arrivé, mais je sais que plusieurs ont eu peur pour leur chaîne. Mais je fais toujours attention, je censure les gros mots, pour ne pas prendre de risque. »

Détail non dérisoire, les animations de Laura-Lou sont en anglais, ce qui fait que son auditoire est principalement aux États-Unis, au Canada anglais et en Angleterre. Pourquoi l’anglais ? Simple, elle suivait déjà Cranbersher, Grittysugar et Ultramarine, qui sont tous anglophones, et elle a décidé de s’en inspirer. Ce choix de la langue lui permet d’être low-profile au quotidien, et ça ne lui déplaît pas du tout ! Elle fait cela vraiment plus pour améliorer ses capacités à dessiner que pour le glamour et le famousness que peuvent apporter des carrières de youtubeur.se.s. « Comme je ne me mets pas moi-même en vidéo, ça préserve mon anonymat. Ce sont mes personnages que je veux mettre à l’avant-plan. »

À la question, à part YouTube, es-tu sur d’autres réseaux, elle répond : « Je fais du direct sur Twitch avec des Québécois, je suis aussi active sur Twitter, mais pas sur Facebook ou Instagram, j’ai pas assez de temps (rire), de discipline pour m’investir dans tous les réseaux et mousser Freyjinn. »
Laura-Lou aimerait vivre de son art, écrire, publier ses dessins, ses BD. C’est son seul souhait. « C’est ça que j’aime du Web et des réseaux sociaux. On est autonome et on se produit nous-même. C’est instantané quand tu partages un dessin, tu as un retour et une reconnaissance rapides. C’est pas comme si je voulais soumettre un livre à une maison d’édition, je dois attendre et je ne serai peut-être même pas retenue ! Avec Internet ça me permet de me lancer, mais aussi de tester des choses, puis y’a moins d’intermédiaires et moins de paperasse, c’est facile et accessible à tous ! En plus, ça nous permet d’être en contact avec l’extérieur, l’ailleurs… avec des gens qu’on n’aurait jamais rencontrés ! »

Une chose est certaine, c’est que ce n’est pas toujours facile de s’exposer sur les réseaux sociaux. Pour percer, il faut être constant.e et présent.e. Il faut être calme et patient.e et SURTOUT ne pas porter d’attention ou dépenser trop d’énergie sur les commentaires des haters, parce que des commentaires négatifs, il y en a ! « Je ne porte pas trop attention aux nombres de vues. Faut rester humble. Je ne fais pas ça pour être valorisée, même si ça me valorise ! Tsé, je suis toute seule devant mon ordi pis je suis renfermée. Quand je vois que ça pogne, c’est toujours une surprise ! »
« Ce que j’aime définitivement de YouTube, c’est que j’apprends par moi-même, personne est là pour te juger et y’a pas de discrimination selon ta formation ! Tout le monde peut briller et c’est anonyme, personne ne sait d’où tu viens, ni qui tu es, ni quel est ton background ! »
Bref, je vous invite à suivre Laura-Lou sur sa chaîne YouTube Freyjinn et on te souhaite de pouvoir continuer à dessiner. Qui sait, une série originale d’animation ?

Bonne chance !

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Naviguer avec les enfants et les adolescents dans un océan d’écrans ?

texte Myriam Lapointe-Gagnon, doctorante en psychologie, Université du Québec à Trois-Rivières | photo @parcellesduquotidien C’est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *