Accueil / Nos sens / La Réflexion / L’Anti-Cassette d’Aladin Legault-D’Auteuil

L’Anti-Cassette d’Aladin Legault-D’Auteuil

Si demain nous sommes assailli.e.s par une horde de zombies, qu’entendez-vous faire comme chef de parti au pouvoir ?

Je cherche d’abord à comprendre à quelle catégorie de zombies j’ai affaire et quel est leur principal objectif. J’essaie d’évaluer ce que j’ai à protéger et comment je vais le faire dans le bien et l’intérêt général.

Êtes-vous de type sauce et pourquoi ?

Je suis pour la qualité de la substance. Bien que j’adore la sauce, elle ne doit pas masquer, mais bien rehausser.

L’oeuf ou la poule ?

Je dirais l’oeuf, mais au fait, qu’y a-t-il dedans ? Là est la question…

Si vous deviez écrire un nouvel hymne national, quelle serait la première strophe de cette chanson ?

Oh Canada !
Toi qui grandit et évolue
au rythme de ton peuple,
Que ton drapeau soit symbole de fierté,
Qu’il offre le leg d’une terre en santé.

Si Dédé Fortin écrivait une chanson sur les élections fédérales, elle parlerait de quoi ?

Elle dirait probablement, avec les couleurs de Dédé, que les gens ont envie de savoir quels sont les plans, à bien des niveaux. Et surtout, qu’il y a longtemps que les matchs de lutte de fond de ruelles ne les intéressent plus.

Quel est l’ingrédient le plus important de la fierté ?

S’il y en avait un seul, je dirais la ténacité.

Votre plus beau souvenir d’enfance ?

Avec la famille, les pique-niques à la Pointe de Rivière-du-Loup !

Votre plus grand rêve ?

Trouver le moyen de donner une chance égale à tous nos enfants.

Qu’avez-vous fait pendant vos vacances cet été ?

J’ai passé du temps tranquille avec la famille, mon épouse Johanne, mon garçon Émile et des ami.e.s venu.e.s prendre du bon temps avec nous. J’ai arrêté un peu le temps.

Qu’aimez-vous le plus dans votre comté ?

Les gens ! On est une maudite belle gang.

_____

PARLONS ENJEUX, SÉRIEUSEMENT...

_____

Pourquoi l’environnement n’est pas au coeur des préoccupations de tous les partis politiques ?

C’est la question que tout le monde se pose. Évidemment, nous sommes à l’heure où la question doit être soulevée et ce, par tous partis confondus.

Les gestes au quotidien s’installent de plus en plus. L’éducation en ce sens devrait être soutenue afin d’ancrer une conscientisation durable. Au reste, des projets de communautés pourraient faire des différences importantes. Ce sont les gouttes d’eau qui mènent à l’océan…

Quand mettrons-nous fin aux sables bitumineux et au pétrole ?

Le plus tôt sera le mieux. Certaines analyses prévoient que ce sera d’ici 2050, mais nous devrions avoir comme objectif 2040 ou avant.

Que pensez-vous de la loi anti-avortement ?

Je suis très déçu que cette question revienne dans l’actualité. C’est un droit qui doit être préservé. Nous devons être vigilant.e.s.

Comment comptez-vous agir pour diminuer la pauvreté, les inégalités et pour offrir un revenu de base à toutes les familles canadiennes ?

De plusieurs manières, mais surtout en continuant à améliorer les programmes qui s’adressent aux plus démuni.e.s de notre société. Comme l’allocation familiale qui a permis de sortir de la pauvreté plus de 900 000 canadiennes et canadiens, dont plus de 300 000 enfants. Aussi, avec des augmentations substantielles du Régime de pensions du Canada. La promesse du Parti libéral du Canada est une augmentation de 10 % du montant des pensions après l’âge de 75 ans en plus de bonifier de 25 % la prestation du survivant du Régime de pensions du Canada dès 65 ans.

Comment souhaitez-vous intervenir dans la crise de la main d’oeuvre ?

En travaillant avec les différents intervenants (toutes les institutions de formation, les élu.e.s municipaux.ales et provinciaux.ales, les entreprises, les OBNL, …) pour améliorer la formation afin d’introduire/réintroduire les gens qui sont à l’extérieur du marché du travail. En créant les conditions optimales pour ramener nos jeunes parti.e.s étudier ou travailler à l’extérieur. En harmonisant la connection cellulaire sur l’ensemble du territoire de la circonscription de Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup et en permettant un accès à Internet haute vitesse à un coût raisonnable pour l’ensemble du territoire. En facilitant aussi le processus pour les entreprises qui engagent des travailleur.se.s étranger.ère.s ou temporaires (ex. : entreprises agricoles).

La montée d’une droite radicale réfractaire à l’immigration demeure préoccupante. Comment entrevoyez-vous gérer la situation ?

C’est effectivement préoccupant et les solutions pour changer les choses ne sont pas si simples. Je vais travailler en partenariat avec les acteur.rice.s locaux.ales (institution de formation, conseillères/conseillers, mairesses/ maires, élu.e.s provinciaux.ales, entreprises, OBNL, …) afin de démystifier la peur de l’immigration en informant, éduquant, partageant. L’ignorance est le pire ennemi.

Que pouvez-vous apporter aux citoyen.ne.s de votre comté ?

Je suis diplomate de carrière depuis 20 ans. J’ai travaillé à l’exportation pour les entreprises du Québec et du Canada en Argentine, aux États-Unis et, à ma dernière affectation, j’étais responsable du commerce et ambassadeur par intérim du gouvernement du Canada en République dominicaine.

J’ai aussi été négociateur d’accord bilatéraux pour l’investissement avec six pays d’Afrique (Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali et Sénégal). Je connais bien le fonctionnement des ministères et j’ai un important réseau de contacts canadiens et de partout sur la planète.

De plus, je connais bien la réalité de la circonscription car j’y ai vécu et j’ai continué d’y faire affaires avec différents projets.

Je parle couramment français, anglais et espagnol et j’ai l’intention d’apprendre le Wolastoqiyik Wahsipekuk (anciennement la langue malécite).

En travaillant avec tou.te.s les élu.e.s municipaux.ales et provinciaux.ales ainsi que les entreprises et les OBNL, je suis la personne qui entend défendre les intérêts de nos citoyen.ne.s à Ottawa ainsi que de faire rayonner notre circonscription au Canada, mais aussi à l’international.

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Chronique Féministe #60 : Des féministes amoureuses de la société

Texte : Annie Michaud, Centre-Femme du Grand-Portage C’est le mardi 1er octobre 2019 qu’avait lieu …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *