L’amitié au temps du Corona

Texte | Silvie Côté

Aujourd’hui, je me sens impuissante. Moi qui habituellement trouve les bons mots pour faire du bien, je reste sans mot. Je ne sais pas quoi dire à mon amie que j’aime tant qui vient de perdre en quelques jours ses deux parents. Le méchant virus les a amenés loin d’elle. La vie est injuste parfois. Elle éloigne ceux.celles qu’on aime, alors qu’on ne peut pas les serrer dans nos bras une dernière fois. Quoi de pire pour vivre un deuil que d’être seul.e chez soi, loin des sien.ne.s, et n’ayant comme seule compagne que cette douleur si forte associée à de grandes pertes.

Tu me sembles moitié forte et moitié perdue, et je ne peux même pas te serrer dans mes bras pour te réconforter. Je cherche où trouver les mots, les gestes et les actions qui pourraient t’aider. Si nous repassions ensemble les étapes du deuil, ça pourrait t’aider ?

Si on commençait à regarder ensemble ce que tu pourras faire quand la tempête Corona sera passée, est-ce que tu recevrais un peu d’espoir et de lumière ? Tu as raison, méditer, prier et chanter donne de la force. Cette chanson qu’aimait tant ta mère résonne sûrement bien dans ton appartement avec vue sur le fleuve. Ton souper intime avec la photo de ton papa tant aimé fût surement un beau rituel d’amour. Laisse aller ta douleur, elle doit se vivre même si les personnes avec qui tu peux la partager sont peu nombreuses. Exprimer ta peine t’aidera à progresser vers la phase de réorganisation. Tu navigueras tranquillement vers le laisser-partir, et prendra place l’immense héritage de vie que laissent les parents après leur départ. Tu dois te rappeler tous les moments de bonheur qu’ils t’ont offerts à travers les cinquante dernières années. Il est temps de sortir les photos, discuter avec tes sœurs de vos fêtes de familles et des moments importants qui ont formé vos vies respectives avec eux. Ne sois pas avare d’images, elles t’apaiseront même si, a priori, elles entraînent des larmes.  Laisse-les partir au fleuve, elles aussi sont salées, tu sais. Ça y est, cette phrase a amené un sourire, je vois ton visage et cette pensée me fait sourire à mon tour.

Le processus de deuil est comme une cicatrisation, une guérison psychologique et spirituelle. On t’a retiré le droit de les voir une dernière fois, de leur dire que tu les aimais, mais on ne pourra jamais t’enlever le droit de penser à eux, de continuer à les aimer et à te souvenir d’eux dans leurs plus beaux moments de vie. Commence déjà à leur écrire des mots, une chanson, un poème que tu pourras leur lire quand une cérémonie sera possible. Trouve les musiques qui les accompagneront pour l’éternité. Prépare-toi, ça t’aidera quand le jour sera venu de leur dire de vrais adieux. Tu n’en seras que plus forte. Mets-toi dans leur tête, leur cœur et leurs croyances et imagine comment ils voudraient, dans les moindre détails, leur cérémonie commémorative. Ces pensées occuperont les tiennes et te réconcilieront avec ce moment tellement difficile habituellement, et triplement difficile pour toi à cause du Corona. Car oui ma tendre amie, tu as raison, c’est déjà pas facile de perdre un parent, ce l’est doublement d’en perdre deux, et tu peux avec raison ajouter la distanciation physique et l’isolement au niveau de stress et de douleur que tu vis.

Tu es la personne la plus résiliente que je connaisse.  Tu as les ressources intérieures nécessaires pour faire face à cette épreuve. Tu n’as pas besoin que je te le dise car tu le sais, mais je te le répète pour te donner plus de force… l’amour que tu as vécu avec tes parents demeure à jamais. C’est sur ce sentiment que tu dois focaliser. Je suis là, à quelques maisons de toi. Je suis toujours partante pour une marche dans le village et dès que la chaleur sera au rendez-vous, nous nous offrirons un petit shooter de vodka à trois mètres de distance. Ça va bien aller !

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Retour à la terre superstar

Texte | Max Bélisle, préposé au délire En 2020, faire ton épicerie dans un supermarché, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *